Politique

Débats budgétaires : Shakeel Mohamed parle de promesses en l’air

Shakeel Mohamed

« Nous avons eu tort. Ce gouvernement ne doit pas nous emboîter le pas. » Dans une intervention d’environ une heure, le chef de file du Parti travailliste a fait le procès de l’actuel gouvernement qu’il accuse de n’avoir pas tenu ses promesses électorales. « Il faut que la loi soit amendée pour que l’âge permissible pour un mariage ne soit pas en-dessous de 18 ans », a-t-il  réclamé en faisant référence à l’adolescente de 13 ans qui est morte alors qu’elle était religieusement mariée et enceinte.

Le député rouge souligne que personne ne doit faire prévaloir une autre loi au-dessus de la loi du pays. Il estime que « le gouvernement joue la carte politique pour ne pas offenser une communauté. C’est pour cela que les parents, le religieux qui a célébré la cérémonie et l’époux de l’adolescente n’ont pas été arrêtés. » Il se demande pourquoi le Premier ministre n’a pas commenté sur la marche du mouvement LGBT. « Les Mauriciens ont le droit de manifester si c’est fait selon le cadre légal. Pourquoi la police n’a pas arrêté celui qui a créé le désordre en affirmant qu’Allah est gay sur les réseaux sociaux ? »

Shakeel Mohamed a ensuite critiqué le ministre de la Pêche, Prem Koonjoo. Ce ministère devait créer 25 000 emplois, selon la Vision 2030, mais n’en a généré que 3 000. Il s’est aussi attardé sur le manifeste de l’Alliance Lepep qui parle de l’élimination de la corruption, du népotisme et des recrutements injustifiés, entre autres. Pour Shakeel Mohamed, rien n’a été fait. « Les proches du gouvernement polluent les ministères et les corps parapublics. Et ce n’est pas une excuse de venir dire que le Parti travailliste a fait pire lorsqu’il était au pouvoir. Le peuple vous a élus justement pour que vous changiez cela ». Shakeel Mohamed critique, aussi, les Special Purpose Vehicles. Selon lui, c’est une astuce pour ne pas rendre des comptes.

Il a également soutenu que  le gouvernement a négligé les marchands ambulants opérant dans la capitale parce qu’ils « viennent des circonscriptions qui n’ont pas voté pour le Mouvement socialiste militant. » Il a cité conflit d’intérêts allégué entre le chef de l’Economic Development Board, Charles Cartier, et la firme Accenture. Shakeel Mohamed a aussi parlé « des liens entre le gouvernement, l’ancien président de l’Angola et la firme qui est sous le coup d’une enquête à Malte, Henley and Partners. »