Actualités

À 16 ans, il est atteint du syndrome de Cushing : il rêve de devenir astrophysicien

Brian Moonsamy

Il souffre du ‘ Cushing Syndrome.’ Une maladie rare, selon son médecin traitant : 1 à 2 cas pour un million de personnes. Lui c’est Brian Moonsamy, 16 ans, en soins intensifs dans une clinique aux Plaines- Wilhems. Ses frais médicaux tourneraient autour de Rs 1.2 million.

Jennyfer Doolub et Michaël Moonsamy, les parents de Brian, ne savent plus à quel saint se vouer pour payer les frais médicaux de leur fils Brian, malheureusement atteint de la maladie de Cushing. « Notre assurance médicale couvre Rs 500 000 et une partie de cette somme a déjà été utilisée pour la première intervention chirurgicale de Brian qui consistait à enlever sa glande surrénale », confie Jennyfer Doolub, la mère de Brian. « Malheureusement, mon fils a eu des complications post-opératoires et a dû être hospitalisé d’urgence. »

Jennyfer est agente de vente dans la téléphonie locale et son père Michaël Moonsamy, « stock controller » dans une firme à Phoenix. Les deux parents essaient de leur mieux pour subvenir aux besoins de leur fils bien-aimé Brian. Par la grâce de Dieu, leur fils est en train de se remettre petit à petit. Toutefois, les deux ne cachent pas leur situation financière précaire : l’incapacité à couvrir les frais d’hospitalisation, qui, selon eux, tourneraient autour de quelque Rs 1.2 million. Et ce malgré la solidarité et la bienfaisance de leurs proches, amis et entourage.

Notons que la manifestation la plus visible de cette pathologie est l’apparition d’une obésité chronique de la partie supérieure du corps, un aspect bouffi du visage, des manifestations cutanées, un hirsutisme ainsi que des troubles psychologiques variés (ex. : fatigue nerveuse, stress chronique, épisode dépressif typiquement, épisode maniaque, trouble du sommeil, agressivité…), chute de cheveux, fonte des muscles entre autres. Atteinte de cette maladie, Brian, élève, en Lower Six, au collège du St-Esprit, a été hospitalisé le 30 mai dernier dans une clinique à Moka. Cependant, ses organes vitaux se lâchaient suite à des complications post-opératoires. Par la suite, son état se stabilisait graduellement, confie sa mère Jennyfer.

Retour en août 2017

Tout a commencé en 2017. Brian Moonsamy était alors en Forme 5. Il prenait part aux examens du second trimestre. Soudain, il découvre que ses pieds étaient gonflés comme un ballon et qu’il a pris du poids. Jennyfer sa mère attribuait cela à la croissance de son fils. Mais, lorsque subitement, son fils tomba et ne put marcher, sa mère fut prise de panique. C’est ainsi qu’elle a eu recours à un médecin généraliste pour des soins. Suite à des analyses de sang et d’urine, les résultats révèlent qu’il y a un taux de glycémie élevé dans le sang de Brian.

Un mois plus tard, soit en septembre 2017, le jeune homme est conduit dans une clinique à Curepipe pour des tests sanguins approfondis. Les résultats des analyses sont envoyés en France et en Inde. Les médecins confirment par la suite que le jeune homme souffre de la maladie de Cushing. Et soupçonnent qu’il y avait peut-être un adénome de 0.3 millimètres dans sa glande pituitaire. Jennyfer et Michaël étaient affolés à l’idée que leur fils puisse avoir une tumeur dans la tête. Heureusement, qu’un « CT Scan » démontre que Brian n’a aucune présence d’adénome dans la tête.

Michaël Moonsamy et Jennyfer Doolub.
Michaël Moonsamy et Jennyfer Doolub.

Ablation de la glande surrénale

Sa mère trouve enfin un endocrinologue, qui devient son médecin traitant. Vendredi 4 mai, Brian effectue un IRM dans une clinique à Moka, suite à la suggestion de son médecin. Ce dernier voulait procéder à des analyses plus approfondies en vue de déceler de plus près la maladie de Brian. Sans plus tarder, il annonce qu’une tumeur se trouve dans la glande surrénale. Voyant l’urgence du cas, l’endocrinologue effectue le 8 mai, une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur.

Par la suite, Brian passe douze jours de convalescence. Arrivé à la maison, il commence à avoir des nausées, lorsqu’il mange et boit. Il faisait de la température. Ses pieds étaient gonflés. Il était d’une humeur changeante. Le 30 mai, Brian est conduit d’urgence à la clinique de Moka. Ses organes vitaux le lâchaient. Il est placé en soins intensifs.  Lorsqu’il voulait se déplacer, il s’est malheureusement fracturé quelques vertèbres. De mal en pis, les complications post-opératoires s’ensuivent.

Lumière au bout du tunnel : le jeudi 28 juin, les parents de Brian nous ont fait part que le jeune homme est en train de récupérer graduellement. Malgré cette douloureuse épreuve, les parents relatent qu’ils puisent leur force et leur courage de l’esprit positif de leur fils Brian.

Toutefois, il leur reste une énorme dette à honorer. Michaël envisage de faire une quête à travers l’île. Le couple lance ainsi un appel à la solidarité des Mauriciens pour l'aider à couvrir les soins médicaux que nécessite Brian. Toute promesse de dons peut être effectuée au nom de Michaël Moonsamy, sur le numéro de compte de la Mauritius Commercial Bank : 000183519582.


13 unités pour la SC

La situation de Brian se dégrade au 3e trimestre. Il a des trous dans les os. Et peut à peine marcher. Ses parents doivent le véhiculer à l’école car il doit effectuer ses examens du ‘School Certificate.’ Malgré ses atroces douleurs, il prend part à ses examens. Et en ressort avec 13 unités. Le collège du Saint-Esprit salue l’effort et le courage de Brian, pour sa brillante performance en dépit de sa maladie. « Brian ne pouvait plus se rendre à ses leçons particulières. Il me disait qu’il n’en pouvait plus de souffrir. Mais, c’est son travail sans relâche qui lui a permis de réaliser de si bons résultats. Je suis fière de lui », affirme sa mère Jennyfer. Devant la souffrance atroce de son fils, cette dernière a multiplié les recherches en ligne, afin de trouver un endocrinologue en vue d’un meilleur diagnostic sur la maladie de Brian.


Une maladie très rare, 1 à 2 cas par million de personnes

Son incidence est très rare notamment 1 à 2 cas par million de personnes. Le syndrome de Cushing est une collection de symptômes dûe à une exposition prolongée au cortisol, explique un endocrinologue. Et d’ajouter qu’il existe toutefois un type de Cushing Syndrome qui est plus agressif et rare. « C’est provoqué par une tumeur qui entraine une production excessive de cortisol par la glande surrénale. Les tumeurs sont soit dans l'hypophyse, la glande surrénale ou parfois sous une forme rare de cancer du poumon. » En ce qu’il s’agit des symptômes, l’endocrinologue soutient que la personne a un gain de poids rapide. Elle est exposée à une obésité centrale. De même, elle peut avoir des ecchymoses facilement et une faiblesse musculaire, souffrir de l’hypertension, du diabète et de l’ostéoporose. « Les effets sont dévastateurs s'ils ne sont pas traités », dit-il.  Au niveau du traitement, il faut faire une ablation de la tumeur, explique l’endocrinologue. « La maladie de Cushing est curable à 100 %. Les analyses principalement des tests sanguins spécialisés et imagerie radiologique ‘CT SCAN et IRM’ sont disponibles à Maurice », conclut le médecin.


Les rêves de Brian

Brian Moonsamy est un passionné des sciences. Il adore regarder les documentaires. Il aime aussi les jeux vidéos. Son plus grand rêve est de devenir astrophysicien. Mais, il sait que ses parents n’ont pas les moyens de lui envoyer dans une grande université. Cependant, il ne baisse pas les bras. Il prend le temps de discuter de ses plans d’avenir avec sa mère, qui est séparée de son père Michaël. Brian adore ses parents ainsi que ses deux petites sœurs et trois petits frères. Il ambitionne à poursuivre ses études tertiaires en Malaisie. Fonceur, ce jeune homme n’a pas froid aux yeux. Il est déterminé à aller jusqu’au bout de ses rêves.