Actualités

Assemblée générale sous haute tension : la direction du Macoss insultée et huée par l’assistance

Des insultes ont retenti durant presque toute la tenue de la 49e assemblée générale du Mauritius Council of Social Services, le samedi 23 juin, au siège de l’organisation.

Des représentants d’associations et d’ONG, qui se trouvaient dans l’assistance, réclamaient des éclaircissements sur les comptes de l’organisation et sur la non-tenue des élections visant à renouveler le comité. Dana Chengan, le président sortant, a toutefois joué les extincteurs.

C’est durant la seconde partie de l’assemblée générale du Mauritius Council of Social Services (Macoss), soit après la lecture du discours de Dana Chengan et de la mairesse de Quatre-Bornes, Sulekha Raddhoa, que le ton est monté d’un cran. Après la collation, des membres se trouvant dans l’assistance ont tiré à boulets rouges sur le président sortant du Macoss.

Les membres de l’assistance se sont d’abord insurgés contre les items à l’agenda. Ils ont fait ressortir que celui-ci n’abordait pas la polémique autour de la tenue des élections visant à renouveler le conseil du Macoss. Les contestataires, qui étaient à deux doigts d’en venir aux mains, ont tour à tour pris la parole.

Les chiffres du bilan financier annuel du Macoss ont également suscité l’indignation. Des membres de l’organisation réclamaient que le document soit lu par Lutchmeecant Soopal, trésorier de l’organisation, tandis qu’une autre poignée était en faveur de la lecture du document par Dana Chengan, le président sortant.

Une violente prise de bec a éclaté entre les deux camps. Un des membres, s’opposant farouchement à ce que le trésorier dévoile le contenu du rapport à la place du président, a menacé de faire un walk-out. « Vous ne devez pas vous comporter de la sorte. Vous êtes des gens civilisés et vous représentez tous des associations », a lancé Dana Chengan à plusieurs reprises.

Connivence alléguée

La direction du Macoss insultée et huée par l’assistance

C’est au bout d’une heure et trente minutes de discussions entre les membres, les représentants du comité exécutif et la direction du Macoss que quelques propositions ont pu jaillir. Gaurav Heerooa, en lice pour briguer les suffrages au poste de président de l’organisation, a réclamé la mise sur pied d’un Fact-Finding Committee « afin de faire la lumière sur toute la polémique entourant les irrégularités concernant la tenue des élections ». Le candidat a demandé que les coupables soient désignés comme personae non gratae au sein du Macoss.

Suraj Ray, qui fait partie du comité exécutif du Macoss, est d’avis qu’un Fact-Finding Committee « ne traitera pas le problème à la source ». Selon le président de l’organisation AHEAD, il y aurait non seulement une « connivence », mais également la présence d’un groupuscule opérant « en toute liberté à l’intérieur du Macoss et derrière le dos des autres membres ». Ce que Suraj Ray trouve regrettable.  

Institution d’un comité technique

Ram Nookadee, un autre candidat au poste de président du Macoss, a proposé la mise sur pied d’un comité technique et la tenue des élections dans un délai de deux mois à compter de samedi. Il a qualifié l’assemblée générale de « compétition d’idées ». « J’ai proposé que les Terms of Reference dudit comité technique soit faits dans les plus brefs délais. J’ai suggéré que les élections se tiennent dans deux mois. La liste des candidats et des votants, qui comprendra peut-être quelques modifications, restera inchangée. Le Macoss doit être remis sur les rails d’ici deux mois », a certifié Ram Nookadee.

« L’assemblée générale a ratifié le renvoi des élections et l’institution d’un comité technique visant à travailler sur la tenue des scrutins. Certains membres ont proposé que les éventuels candidats ne participent pas au comité technique ou encore à l’introduction des Terms of Reference. Nous avons demandé aux ONG de soumettre leurs propositions. En tant que président de l’organisation, je veillerai à ce que le travail soit fait rapidement et dans les meilleurs conditions possibles », a confié Dana Chengan à Le Dimanche/L’Hebdo.