Faits Divers

Atish, 42 ans, trahi et abandonné par son épouse : le portable offert à son épouse est devenu un «cadeau empoisonné»

Atish

La trahison amoureuse fait toujours mal. Elle peut être nuisible, allant même jusqu’à détruire la vie d’un couple. C’est le cas d’Atish, qui se dit trahi par le cadeau qu’il a offert à son épouse le jour de son anniversaire. Un portable qu’il qualifie aujourd’hui de « cadeau empoisonné ».

Pardonner l’infidélité de sa conjointe est un véritable acte d’amour. Propos d’Atish, 42 ans, qui dit éprouver toujours de l’amour pour son épouse malgré son infidélité. « Même si la société me donne le titre de cocu, par amour, je souhaite récupérer ma femme. »

Ce père de deux enfants explique comment son couple a volé en éclats en raison de l’infidélité de son épouse. Pourtant, la vie n’a pas toujours été facile pour ce maçon de Vacoas. « Ce n’est qu’au bout de plusieurs années de mariage, au prix de beaucoup de sacrifices, que j’ai enfin pu offrir un cadeau de luxe à mon épouse. » En effet, c’est un portable d’une valeur de Rs 13 000 offert à son épouse le jour de son anniversaire, le 4 décembre 2016. Le présent a été d’ailleurs très apprécié par cette dernière, qui travaille à mi-temps dans un service de catering.

Très vite, Atish a remarqué un changement dans les attitudes et comportements de son épouse. Il voyait que son épouse avait créé un compte Facebook et passait tout son temps sur son portable. « Elle avait toujours les yeux rivés sur son téléphone. Elle arborait même des sourires. De plus, elle envoyait des SMS et répondait à des appels.  Kan mo deman li ki sannla, li dir mwa so ser sa », raconte Atish.

Les doutes d’Atish s’accentuaient. Il a constaté que son épouse rentrait plus tard que d’habitude lorsqu’elle travaillait le soir. Un jour, Atish est tombé sur des messages et des photos, échangés par son épouse avec des internautes. Son épouse a nié toutes ces accusations. Au contraire, elle a accusé son époux de la blâmer. Et elle a insisté qu’elle a toujours été une épouse fidèle, précise Atish.

Atish découvre le pot-aux-roses le 17 novembre 2017. Jour où son épouse déserte le toit conjugal pour se réfugier dans les bras de son amant. « Elle a même fait une demande auprès du ministère de l’Égalité des genres pour avoir une Protection Order. La raison avancée : je lui profèrais des menaces. »
Atish réfute toujours toutes ces allégations. Il refuse également cet échec. La trahison de son épouse l’a fait sombrer dans une dépression. Ses nombreuses tentatives pour récupérer son épouse se sont avérées vaines. Il dit avoir même sollicité l’aide de la police. « Les policiers m’ont dit qu’ils ne peuvent pas s’immiscer dans une affaire de cœur. »

Rappelons que le mariage d’Atish et de son épouse date du 14 décembre 2008. Son épouse était à l’époque une jeune veuve de 22 ans et mère d’un enfant d’un an et demi. Il explique avoir fait la connaissance de la jeune femme par l’intermédiaire d’un proche. « Depuis notre mariage, nous menions une vie tranquille. Le fils de mon épouse m’est très attaché. Je le considère d’ailleurs comme mon propre fils. J’ai aussi un enfant avec mon épouse. Nous sommes une famille pauvre, mais j’ai toujours travaillé dur pour nourrir ma famille », se remémore Atish.

Malheureusement, dit-il, aujourd’hui, il est connu comme un fauteur de troubles dans la vie de son épouse et l’amant de cette dernière. « Mon épouse a même déposé des plaintes contre moi pour harcèlement. Je risque d’avoir des problèmes avec la justice si je vais vers elle. » Cependant, Atish considère que pour pouvoir vivre tranquillement avec son amant, son épouse a jugé bon de colporter de fausses allégations sur lui.  « Ti bizin ena enn lalwa kont linfidelite », conclut-il, tout désespéré.

Atish ne se lasse pas de lancer son vibrant appel à celle qu’il dit toujours aimé. « Je ne veux pas me venger de mon épouse. Je lui demande simplement de retourner à la maison, car je l’aime toujours. Je voudrais aussi revoir mes enfants, qui sont loin de moi. Je souhaite qu’on reprenne notre vie conjugale. »