Débat

Attentes : les chômeurs souhaitent une allocation

By Contact:
Chômage Chômage

Quelles sont les attentes des chômeurs en marge de la présentation du prochain Budget ? Nos interlocuteurs souhaitent avoir des allocations chômage, voire des emplois non-contractuels. Témoignages.

Indiren Mootien : « Il faut avoir une allocation chômage »

Bien qu’il ait réussi son HSC, Indiren Mootien, 30 ans, a du mal à trouver un emploi. « Le gouvernement doit nous accorder une allocation chômage puisque la vie est dure avec l’augmentation des prix des denrées alimentaires », estime-t-il. Selon lui, le gouvernement doit impérativement prendre des mesures fiscales adaptées pour créer des emplois dans tous les secteurs.

Mohammad Meezam Soohun : « Les chômeurs doivent avoir un soutien financier »

Depuis son retour à Maurice, Mohammad Meezam Soohun, 37 ans, est chômeur. Il travaillait comme Maintenance Officer en Angleterre. « Je ne travaille pas depuis un an. J’ai cherché un emploi, mais en vain. J’estime que les chômeurs doivent avoir un soutien financier. »

Tina : « Pour des emplois permanents dans l’éducation »

Tina, 27 ans, habitant Flacq, est sans emploi depuis deux ans. « Après mes études supérieures, j’ai travaillé pendant deux mois comme Supply Teacher. « Par la suite, j’ai eu des difficultés à trouver un emploi dans le secteur éducatif. J’espère que le prochain Budget fera de la place au recrutement des enseignants qui sont sans emploi depuis plusieurs années. »

Mohammad Munzameer Noorehazam : « Nécessité d’une aide financière »

Après ses études en coiffure, Mohammad Munzameer Noorehazam, 25 ans, n’a jamais eu d’emploi. Il est d’avis que le gouvernement doit créer des opportunités d’emploi pour les jeunes. « C’est aussi une nécessité pour les chômeurs de bénéficier d’un soutien financier. Un tel exercice ne se fait pas non plus dans la précipitation. Cela requiert un plan d’action axé sur l’aide sociale », considère-t-il.

Jennifer Eleanore : « L’État doit privilégier des emplois permanents »

Jennifer Eleanore, 34 ans, a étudié jusqu’à la Form III. Cette habitante de Tranquebar travaillait comme cleaner dans une société de nettoyage. Après sa maternité, elle s’est retrouvée sans emploi. « L’emploi temporaire et à temps partiel représente des inconvénients pour les femmes aussi bien que pour les jeunes. L’État doit privilégier des emplois permanents », précise-t-elle.

Willy Roussety : « Pourquoi pas une assistance sociale et financière ? »

Willy Roussety, 26 ans, lance un appel au gouvernement en vue de l’introduction d’une assistance sociale et financière pour les chômeurs. Le jeune homme, qui détient son HSC, est chômeur depuis trois ans. « J’ai exercé comme électricien à temps partiel au sein d’une entreprise. J’ai dû quitter cet emploi car j’étais mal rémunéré. Je suis aujourd’hui chômeur. J’estime que les chômeurs doivent absolument avoir un soutien financier », affirme-t-il.