Live News

[Blog] La croissance des PME à Maurice, aujourd'hui et après la crise

Yousouf Jookhun

La pandémie COVID-19 en cours provoque des souffrances humaines indicibles à Maurice et en Afrique et risque de laisser un impact indélébile sur nos petites et moyennes entreprises (PME). Ces entreprises jouent un rôle extrêmement important  dans les économies et emploient environ 80 % de la main-d'œuvre du continent dans les secteurs formel et informel, mais en temps de crise, elles sont souvent les moins résistantes. Cela s'explique par le fait qu'elles ont généralement des réserves de trésorerie limitées, une clientèle plus restreinte et une capacité moindre à gérer les pressions commerciales que les grandes entreprises.

Pour les PME, qui doivent déjà faire face à une économie en contraction, les chocs supplémentaires de COVID-19 exercent une pression supplémentaire sur leurs activités. Les mesures de verrouillage ont provoqué une chute précipitée des revenus de nombreuses PME et la majorité d'entre elles indiquent qu'elles sont obligées de réduire leurs dépenses pour survivre.

En raison de leur rôle essentiel dans la création d'emplois et la croissance, il est important de protéger et d'aider les PME pendant cette période de turbulences économiques, notamment parce que leur survie et leur reprise seront probablement un signal d'alarme pour l'économie dans son ensemble.

Les PME sont le moteur de l'économie mauricienne - et aussi les plus menacées

Il y a environ 125 000 PME à Maurice, qui emploient presque 55 pourcents de la main-d'œuvre du pays et dont la contribution au PIB est de 40 % - il ne fait aucun doute que ce secteur est un moteur essentiel de l'économie.

Au moment de la crise COVID-19, les petites entreprises du pays étaient déjà confrontées à des vents contraires importants. Une économie atone, associée à plusieurs dégradations de notations, a affecté les PME d'année en année et l'impact économique du coronavirus est susceptible d'exacerber ces tendances. De nombreuses PME ont déjà connu une chute spectaculaire de la demande. Il n'est donc pas surprenant que les perturbations de l'activité économique signalent une forte baisse des revenus et de la rentabilité des PME. La confiance des entreprises a également chuté.

Les PME mauriciennes sont confrontées à des défis distincts pour faire face à la crise :

  • 1. Ralentissement de la demande


Le ralentissement de la demande a conduit les PME à limiter leurs plans d'expansion et à identifier des canaux alternatifs pour vendre leurs produits

  • 2. Accéder aux bons marchés pour vendre des produits est un défi


Pour de nombreuses PME, il s'agit d'une lutte permanente pour entrer en contact avec des acheteurs potentiels. Très souvent, les PME sont trop dépendantes d'un petit nombre de clients ; dans certains cas, une entreprise entière peut être concentrée chez un seul distributeur local. L'émergence de places de marché en ligne et de micro-plateformes de vente qui permettent aux fabricants d'accéder à de nouveaux marchés est un moyen d'aider à surmonter ce défi.

  • 3. De nombreuses PME ont du mal à se libérer d'une mentalité de propriétaire restrictive et à assumer un rôle plus stratégique


Cela est due, en grande partie parce que les petites entreprises ne disposent souvent pas de systèmes de gestion des performances suffisants, de modèles de fonctionnement quotidien clairs et de structures de gestion avec des rôles et des responsabilités bien définis, des indicateurs de performance clés (KPI) et un processus décisionnel désigné.

  • 4. La gestion des liquidités et des flux de trésorerie est limitée


De nombreuses PME à faible maturité et nouvelles entreprises manquent des structures financières, opérationnelles et stratégiques qui sont courantes dans les grandes entreprises. Cela les empêche d'utiliser au mieux les capitaux disponibles pour étendre leurs activités. Cela peut être dû au fait qu'elles disposent d'une trésorerie limitée et qu'elles dépendent fortement des clients qui paient leurs factures à temps, ou au fait qu'elles ne savent pas comment créer et gérer efficacement une entreprise, ni quels sont les principaux paramètres à suivre.

Un manque de hiérarchisation et de planification financière qui leur aurait permis de se concentrer sur les domaines essentiels à financer et à développer a fait que, plutôt que de croître durablement, l'ampleur de leurs ambitions et une mauvaise gestion interne se sont combinées pour faire en sorte qu'elles ne croissent pas du tout.

La gestion des liquidités et de la trésorerie risque de subir des pressions encore plus fortes pendant la crise.

Quatre domaines dans lesquels les PME peuvent prendre des mesures pour atténuer ces difficultés pendant la crise

1. Exploiter la technologie pour atteindre de nouveaux clients ou fournir une proposition de valeur distinctive.

Le numérique et les nouvelles technologies offrent aux PME la possibilité d'améliorer leur portée et leur efficacité à moindre coût, en surmontant le désavantage d'échelle dont elles souffrent par rapport aux acteurs plus importants. Les PME peuvent se concentrer sur les domaines clés de la compétitivité dans leur chaîne de valeur, leur produit et/ou leurs opérations et identifier les meilleurs leviers technologiques pour améliorer la compétitivité. Le numérique et les nouvelles technologies offrent aux PME la possibilité d'améliorer leur portée et leur efficacité à moindre coût, en surmontant le désavantage d'échelle dont elles souffrent par rapport aux acteurs plus importants.

  • 2. Développer des stratégies d'accès au marché plus claires


Les PME peuvent être plus structurées et plus globales dans l'élaboration de leurs stratégies de commercialisation afin d'accroître leur part de marché et de réduire le risque inhérent à la concentration de leurs ventes auprès d'un à trois gros clients.

  • 3. Favoriser l'efficacité ainsi que les ventes


La plupart des PME avec lesquelles nous avons travaillé se concentrent en priorité sur l'augmentation des ventes et la gestion des liquidités. Les PME qui se concentrent également sur l'efficacité opérationnelle peuvent renforcer leur compétitivité pour soutenir les ventes, tout en créant potentiellement une capacité accrue dans l'entreprise. Par exemple, une PME manufacturière a utilisé des outils de visualisation de base tels que les conseils d'administration pour optimiser ses opérations. Les PME qui se concentrent sur l'efficacité opérationnelle peuvent renforcer leur compétitivité pour soutenir les ventes, tout en créant potentiellement une capacité accrue dans l'entreprise.

  • 4. Développer les compétences et les capacités d'équipe et renforcer le leadership

Les PME en croissance rapide peuvent avoir du mal à augmenter leur croissance, en particulier lorsque les fondateurs sont encore activement impliqués dans l'entreprise. En investissant dans le renforcement des capacités, en particulier au niveau des dirigeants, les PME peuvent créer davantage de capacités pour que les hauts dirigeants se concentrent sur la croissance et la stratégie pour assurer la durabilité.

Yousouf Jookhun

Yousouf Jookhun est le Managing Director d’Afri Talent Management Ltd, spécialisée dans le développement du capital humain et la formation transformationnelle.

Afri Talent est très présente à Maurice, Rwanda, Kenya et à travers l’Afrique. Elle apporte son expertise aux entreprises mauriciennes a design et implémenter toutes les solutions mentionnes dans cet article.

Contact :

Site web : www.afritalent.net

Email : jyh@afritalent.net

Tel : 572709786

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/yousoufjookhun/

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !