Magazine

Des fêtes qui déchirent

fêtes

Au-delà des traditionnelles fêtes d’anniversaire, les « parties » sont légion. Chacun célèbre à sa façon un événement : bachelorette party, baby shower et même divorce party... Lumière sur ce nouveau phénomène.

Divorce Party : célébrer sa liberté !

Divorce Party
Le gâteau Happy Divorce d’Irovini.

Un divorce change une vie. Certains le vivent mal. D’autres, comme Irovini (prénom modifié), se sentent libérés. Âgé de 38 ans, il explique que son mariage a été une douloureuse expérience. Quand les procédures de divorce ont été finalisées, cela a été un soulagement pour lui.

« J’ai vécu neuf ans dans la douleur. L’incompatibilité et l’infidélité ont détruit mon mariage. J’ai entamé les procédures, il y a un peu plus de deux ans et maintenant, je peux vivre ma vie en toute tranquillité. J’ai donc organisé une fête pour célébrer ce moment de liberté et mon nouveau célibat », confie ce père d’un enfant de 12 ans.

Irovini a ainsi invité ses proches et ses amis dans le sud de l’île pour un dîner peu commun. Il a organisé un barbecue et a également commandé un gâteau Happy Divorce, auprès d’une chaîne de supermarchés très connue.

« Le personnel était étonné quand je leur ai expliqué ce que je voulais comme gâteau », explique-t-il. On peut y voir la mariée renversée à côté du marié (photo).

Il confie que cette Divorce Party a certes choqué certains de ses proches. « Je leur ai expliqué que cette fête reflète ma joie d’être un homme libre », dit-il.

Irovini n’a pas hésité à publier deux photos de sa Divorce Party sur les réseaux sociaux. Cela a suscité certains likes et des smileys morts de rire.

Si les Divorce Parties sont communs aux États-Unis et en Europe, tel n’est pas le cas à Maurice. La tendance a été lancée par une Américaine, Christine Gallagher, une écrivaine. Elle a publié How To Throw a Divorce or a Break Up Party en 2003. Elle s’est inspirée d’une personne qui a organisé une fête pour célébrer son divorce. Elle a expliqué qu’une Divorce Party est une sorte d’enterrement de vie maritale, axé sur les principes d’un traditionnel enterrement de vie de jeune fille ou de garçon.


Bachelorette party

Bachelorette party
Karen Michaud a passé une des soirées les plus mémorables de sa vie avec ses copines pour sa Bachelorette Party.

Pour sa part, Ingrid Victoire a eu droit à une Bachelorette Party, le 21 décembre 2013. La fête a été organisée le samedi précédent son mariage, par sa cousine, chez leur grand-mère. « J’étais entourée de ma sœur, de ma maman, de mes cousines, de mes tantes et de ma grand-mère. Cette fête était strictement réservée aux filles, mais cela n’a pas empêché mon frère et des cousins de s’y incruster. Ils ont joué le rôle de DJ », raconte-t-elle.

Il y a eu des défis à relever, des jeux, de la bonne musique et de la bonne humeur. La décoration était originale avec des cupcakes et un gâteau arborant des éléments érotiques. Ses invitées l’ont habillée dans une tenue de princesse. Elle a eu droit à un diadème et une baguette.

« Nous nous sommes très bien amusés. La fête s’est terminée dans une boîte de nuit à Flic-en-Flac. J’ai pris conscience que je m’engageais pour la vie et que certaines choses n’allaient plus être pareilles. La Bachelorette Party est un rite de passage », dit-elle.

Comme elle, Karen Michaud se remémore sa Bachelorette Party comme si c’était hier. Mariée depuis cinq ans et aujourd’hui maman, ce qui devait être une simple soirée entre copines, à un mois de son mariage, s’est transformé en nuit de folie. Plus soudé que jamais, son petit groupe de copines du collège avait tout concocté pour la soirée.

« Lorsque je suis arrivée chez une de mes amies. Elles étaient toutes en noir et m’ont déguisé : leggings rouges, jupe fluo et un débardeur, sur lequel elles avaient dessiné des images amusantes et coquines. Après plusieurs jeux, tels que des questionnaires coquins ou le musical bra, nous nous sommes rendus dans le Nord, où nous avons fait la fête dans trois boîtes de nuit. J’avais gardé ma tenue frivole », relate-t-elle.

Le défi de Karen lors de cette soirée : se faire payer des verres par des inconnus en boîte de nuit. « J’ai réussi à me faire payer un verre par un beau jeune homme. Nous avons même atterri en VIP par inadvertance, car on nous a pris pour un groupe de Réunionnaises et on nous a servi du champagne », poursuit-elle. Ce fut une soirée remplie d’émotion pour elle.


Baby Shower

Baby Shower
Kirtee entourée de son époux, ses amies et ses proches pour sa « baby shower ».

La naissance d’un enfant apporte beaucoup de joie dans un couple. De nombreux futurs parents organisent une « baby shower ». Kirtee et son époux en ont préparé une à la fin du mois de mai, alors qu’elle entamait le 7e mois de sa grossesse.

« Le but est de célébrer l’arrivée de notre premier bébé, symbole de notre amour. L’occasion est aussi de partager notre bonheur avec les amis et les proches et de se faire chouchouter. Ce jour-là, nous nous sommes entourés d’amour, de joie et de bonne humeur. Nous avons reçu plein de cadeaux », dit Kirtee.

Elle ajoute que cette fête lui a permis de partager sa joie avec ses belles-sœurs, ses cousines et amies. Ces dernières lui ont donné des conseils et de bonnes adresses. « Mon époux a tout organisé, de l’invitation à l’animation en passant par la décoration. Sans lui, cette fête n’aurait pas été possible », fait-elle observer.

Plusieurs jeux étaient au programme comme Guess the girth et les participantes devaient deviner la circonférence de son ventre à l’aide d’une ficelle, Guess the baby food, Blindfold relay diaper change, où il fallait changer les couches les yeux bandés et un Wish Tree, sur lequel chaque invité a écrit un souhait pour le bébé. « Avant même que notre bébé n’arrive au monde, il reçoit déjà tout plein d’amour, d’attention et de bénédiction », confie-t-elle.

« Une baby shower, c’est l’occasion de fêter l’arrivée d’un bébé et rien de mieux que d’être entouré de ses proches », explique Aurélie Dumolard, 28 ans. À 8 mois de grossesse, cette enseignante raconte s’être attelée pendant deux semaines à préparer sa baby shower. En grande partie en DIY, en rose, gris et blanc.

Elle a également préparé des « give aways » pour ses invités. « Avec mes amis et proches, nous avons joué pendant quatre heures et chaque gagnant a remporté un petit cadeau », indique-t-elle. Des jeux pour la plupart trouvés sur Pinterest, mais adaptés avec les moyens du bord.

« La plupart des jeux se faisaient avec des ballons qui se mettaient sous le t-shirt pour avoir une brève idée de la femme enceinte et des difficultés qu’elle peut rencontrer à effectuer les tâches quotidiennes ».


Des idées farfelues

gateau
Une des idées farfelues conçues par Mickat.

Les pâtissiers ont du pain sur la planche ! Melissa Mucktoom reçoit chaque semaine au moins une commande de gâteau pour une « baby shower » ou une « Bachelorette Party ». Elle gère sa pâtisserie Mickat depuis septembre 2017.

Elle indique que les gâteaux de « baby shower » sont soit rose, soit bleu. Certains optent aussi pour le jaune ou le gris. Le gâteau peut être enjolivé d’un bébé ou d’accessoires en pâte à sucre.

Pour les fêtes d’enterrement de vie de jeune fille, les idées ne manquent pas. « Contrairement aux garçons, les filles sont nombreuses à commander un gâteau pour l’enterrement de leur vie de célibataire. D’ailleurs, elles viennent avec des idées originales et farfelues et plus rien ne m’étonne », dit-elle.

Les clients demandent un gâteau ou un cupcake orné d’un pénis en pâte à sucre, de fesses ou d’une paire de seins. « Je n’ai pas eu à faire un gâteau pour une Divorce Party, mais cela ne va guère m’étonner », fait-elle remarquer. Un gâteau coûte à partir de Rs 800 et peut exiger entre une à trois heures de travail.

Manisha, de Bake My Cake, abonde dans le même sens. Elle remarque que cette tendance s’accroît. « Ces fêtes ont commencé dans les pays occidentaux et les Mauriciens les ont adoptées. Pour les baby showers, les gâteaux sont simplement élaborés avec des effigies de bébé, biberons et baignoires, entre autres. Ils sont rose ou bleu, dépendant du sexe de l’enfant. Par contre, pour l’enterrement de vie de jeune fille, les idées coquines sont innombrables », fait-elle ressortir.

Caroline Duval et Rajmeela Seetamonee