Actualités

Dossier Peroomal Veeren : l’avocat Erickson Mooneapillay implique Me Sanjeev Teeluckdharry

Vingt-trois. C’est le nombre d’avocats qui défendent les intérêts du caïd Peroomal Veeren. Parmi figure Me Erickson Baby Désiré Mooneapillay. Il est le deuxième membre du barreau à être auditionné par la commission d’enquête sur la drogue. L’avocat a passé une heure et demie, le lundi 19 juin, à s’expliquer.

L’ancien juge Paul Lam Shang Leen s’est d’abord intéressé à la première visite faite par l’homme de loi à la prison, le 22 septembre 2012, soit 24 heures après qu’il a été appelé à la barre pour prêter serment afin d’exercer à Maurice. « J’ai reçu des instructions de mon senior, Me Sanjeev Teeluckdharry. Il m’a demandé de rencontrer quelques prisonniers, dont Peroomal Veeren », a déclaré Me Mooneapillay, dont les services ont été retenus par le trafiquant de drogue qui purge 34 ans de prison.

Les données de la commission révèlent que les deux hommes sont restés en contact. En 2015, des appels et des messages ont été répertoriés. « Mon client m’avait appelé directement sur mon cellulaire. Il était confronté à des problèmes administratifs à la prison. Je devais écrire à la Commission des droits de l’Homme », a expliqué l’avocat. Interrogé sur cette offense, l’homme de loi a indiqué qu’il répond à tous ses appels car « des clients l’appellent ».

Paul Lam Shang Leen a axé ses questions à certains faits se rapportant à la matinée du 10 novembre 2015 durant laquelle le caïd avait appelé l’avocat sur son cellulaire. « Il vous a parlé pendant trois minutes et vous avez reçu un message par la suite », a fulminé l’ancien juge.

Le président de la commission a fait ressortir qu’une demi-heure plus tard, l’avocat s’est présenté à la prison des femmes de Beau-Bassin pour rencontrer Ameenah Noordally, la belle-mère de Peroomal Veeren. « Vous a-t-il donné des instructions pour vous rendre là-bas ? » a demandé Paul Lam Shang Leen à l’avocat. Me Mooneapillay a rétorqué qu’il n’a reçu aucune instruction venant du caïd.

Au total, l’avocat a rendu visite à Peroomal Veeren plus d’une dizaine de fois. Lorsque Paul Lam Shang Leen a voulu connaître les montants que le prisonnier lui a payés, l’homme de loi a évoqué avoir travaillé pro bono. Il a souligné que le caïd lui réfère des clients.

Autre volet de l’audition de lundi : l’affaire Arekin. La commission a voulu savoir comment cet ancien éboueur de la municipalité de Curepipe a pu retenir les services de Me Mooneapillay et du Queen’s Counsel Pete Weatherby contre un montant de plus de Rs 200 000.

« Qui vous a payé si Koumaren Arekin est emprisonné ? Comment un éboueur peut-il avoir cette somme d’argent pour retenir vos services ? Vous ne prenez aucun sou avec Veeren mais Arekin oui ? » L’homme de loi a expliqué que c’est le frère de Koumaren Arekin qui a payé cette charge.

Mais la commission n’a pas été convaincue par sa réponse, car aucune transaction sur les comptes bancaires de la famille Arekin n’a été effectuée à cette date. Les comptes bancaires du témoin et ses déplacements à l’étranger ont été passés au crible. La commission lui a accordé un délai de 15 jours pour s’expliquer en détail. Me Sanjeev Teeluckdharry sera bientôt convoqué pour s’expliquer.