Actualités

Elle souffre d'une malformation depuis sa naissance : une pensions d'invalidité refusée à un bébé de 18 mois

Alexia

Un sourire à vous faire fondre le cœur, des yeux remplis de tendresse et une joie contagieuse de vivre. La petite Alexia a tout d’un petit ange. Cependant, elle souffre d’une malformation depuis sa naissance. Une situation qui désole ses parents. Ils sont encore plus bouleversés depuis que la Sécurité sociale a supprimé la pension de la petite.

C’est l’incompréhension totale. Une lettre vient de plonger cette famille dans le désarroi. Elle émane de la Sécurité sociale, plus précisément du Medical Board, et annonce à la famille de la petite Alexia que la pension qui lui avait été accordée jusqu’en avril 2018 ne lui sera plus versée. Il semblerait que la décision du Medical Board ait été revue.

La petite Alexia est née avec une malformation. « À sa main droite, elle a l’index, le majeur et l’annulaire qui sont collés. Son médecin traitant nous a expliqué qu’elle est trop jeune pour supporter le chloroforme et qu’elle va devoir attendre qu’elle grandisse encore pour procéder à une opération. Les doigts de sa main droite sont tous collés et il nous a été informé qu’aucune opération ne pourra se faire, ainsi que pour les doigts de ses pieds. Elle ne peut porter des claquettes. Aussi, elle n’arrive pas à tenir quelque chose fermement dans ses mains. Elle n’a jamais pu attraper son biberon, elle peut uniquement tenir un mouchoir », explique la maman, les larmes aux yeux.

Cette dernière est aux petits soins avec sa fille depuis sa naissance, « elle a besoin de moi ».

Elle travaillait dans une équipe de catering mais a dû cesser quand elle a appris qu’elle était enceinte. « Dès le deuxième mois de grossesse, j’étais malade et j’ai dû rester à l’hôpital. Pendant la grossesse, aucune anomalie n’a été détectée. Ce n’est qu’à la naissance de ma fille qu’ils m’ont informée qu’il y a un problème. J’étais triste pour elle, mais j’avais beaucoup d’amour pour cette enfant. Je me suis dévouée à elle et je n’ai pu reprendre le chemin du boulot. Mon mari travaille comme poseur de carreaux et parfois il n’y a pas de travail. C’est pour cela que nous avons fait une demande pour une pension, afin d’avoir les moyens pour nous occuper de notre enfant qui a vraiment besoin d’une attention particulière », raconte cette maman de trois enfants, dont Alexia est la benjamine.

De plus, elle doit faire face aux commentaires désobligeants des membres du public : « Zot dir mwa akoz sa mo zanfan kumsa parski monn guete eclipse kan mo ti ansint. Sa ban remark la fer mwa dimal. Ena guet mo zanfan dan enn façon bizar, me nou tou nou la, nou kontan li ».

« Nou pa pe demann zot sarite »

La petite Alexia bénéficiait effectivement d’une pension d’invalidité d’avril 2017 à mars 2018. Sa mère a reçu une lettre du ministère pour l’informer qu’Alexia devra passer devant le Medical Board à nouveau. « Le 26 mars, en présence de la mère, les médecins ont rapidement ausculté ma fille ». Anisha reçoit par la suite une lettre de refus de la part du ministère expliquant que « l’enfant a moins de 60% de handicap et que sa pension d’invalidité lui a été refusée ».

Etonnée, la maman décide de faire appel le 20 avril et reçoit à nouveau une réponse négative de la part du ministère de la Sécurité sociale. « Je ne comprends pas comment les médecins ont été insensibles au dossier de ma fille. C’est un bébé, il n’y aura jamais de changement positif dans son cas. D’ailleurs, j’étais hébétée lors de la visite du Medical Board, le 26 mars, les docteurs ont été très rapides. La première fois quand je suis passée, le médecin avait examiné ma fille avec beaucoup de précision et d’attention, sur chaque partie de son corps et faisait ses calculs. Il avait mentionné ‘Severe Handicap’ dans le dossier d’Alexia. Mais cette fois-ci, ce n’était pas les mêmes médecins et ils m’ont juste dit ‘tou korek et li pena oken handicap plus ki 60% ’ » raconte la maman, étonnée.

La maman d’Alexia devra attendre encore six mois avant de pouvoir faire un deuxième appel, selon les règlements du ministère de la Sécurité sociale concernant un refus d’allocation. « Nou pa pe demann zot sarite », lance la mère de famille.

En attendant, toute la famille doit dépendre uniquement des revenus du père de famille.

malformation

Qui siège sur le Medical Tribunal Appeal ?

Etienne Sinatamboo, ministre de la Sécurité sociale, avait expliqué lors d’une intervention sur les ondes de Radio Plus il y a quelques mois concernant les lois sur la pension d’invalidité. Cette pension est allouée uniquement si la personne dépasse 60% d’incapacité. « Cet exercice est fait par le Medical Board du ministère où la décision est prise par rapport aux jugements des membres. Quatre personnes sont sur le Medical Appeal Tribunal, dont deux d’entre elles sont des spécialistes en termes légal et médical », a expliqué le ministre. Ce sont elles qui décident si la personne a le dégré d’incapacité ou pas. Mais la question qui se pose est : comment les médecins généralistes sur ce board puissent contester la décision du médecin traitant généraliste ?

La rédaction a pris contact avec le ministère de tutelle pour demander une explication sur le cas particulier d’Alexia depuis le mardi 26 juin et, à l’heure où nous mettons sous presse, nous n’avons reçu aucune réponse.