Economie

Finances : le taux directeur maintenu à 3,5 % ?

bom Les avis divergent sur le taux directeur à être appliqué par le MPC.

La priorité devrait être accordée une fois de plus à la croissance, même si l’inflation est sur une trajectoire ascendante. Un taux directeur de 3,5 % serait la meilleur option pour soutenir l’expansion des activités économiques du pays.

Ce mercredi 30 mai, le Monetary Policy Committee (MPC) se réunit pour la deuxième fois en 2018, sous la présidence du gouverneur Yandraduth Googoolye. Toutes les conditions seraient alignées pour que le taux reste inchangé. Si tel est le cas, celui-ci serait en vigueur pendant presque un an.

« Le MPC maintiendrait le taux directeur à 3,5 %. L’argument serait qu’il y n’a aucune raison pour une éventuelle hausse parce que l’inflation reste quelque peu sous contrôle », affirme un observateur économique sous le couvert de l’anonymat. « Ce faisant, on retarde le cycle de hausse des taux d’intérêts. Le taux d’inflation en 2017  était de 4,2 %. Le Y-o-Y Inflation Rate a déjà atteint le chiffre de 6 % qui est supérieur au but raté. La récente hausse des produits pétroliers aura un impact sur le CPI. Ce qu’il faudrait plus anticipé c’est le second round effect. Aux USA, ils ont déjà revu leur taux directeur à la hausse depuis plus d’un an. À Maurice, le rendement sur les bons du trésor est sur l’ascendance, ce qui indique une upward sloping curve. En maintenant le taux directeur à 3,5 %, on ne fait que retarder l’échéance. Quand il faudra augmenter, ce sera par une marge drastique au lieu d’être graduelle. »

À 3,5 %, le taux directeur est à son niveau le plus bas depuis l’entrée en vigueur du mécanisme de politique monétaire. La baisse de 50 points de base (0,5 %) a été décidée lors de la réunion du 6 septembre 2017. Justifiant cette décision, le MPC a mis en avant la nécessité de donner une impulsion au dynamisme de croissance favorisant l’économie sur la stabilité des prix. Car à l’époque, l’estimation pour l’indice des prix à la consommation aurait été de 3,8 % à fin 2017 et de 4 % en 2018.

Depuis, les intempéries aidant, l’inflation a sprinté vers de nouveaux sommets avec les prix des légumes. La hausse du prix de l’essence et du diesel est venue alourdir le panier de la ménagère. La progression du dollar américain vis-à-vis de la roupie a compliqué une situation déjà difficile pour l’économie (au vu du déficit commercial) et les consommateurs. On devrait y voir plus clair avec la publication de l’inflation pour le mois de mai. Le panier a été revu au mois d’avril, résultant en une chute de l’inflation en glissement annuel à 3,7 %.

La réunion de ce mercredi revêt une importance particulière pour Sanjeev K. Sobhee, Lim Chan Kwong Lan Thuon Mine et Priscilla Pattoo. Nommés en remplacement de Guy Wong So, Pierre Dinan et Nishan Degnarain, ils en seront à leur première réunion en tant que membres du MPC. Donc, en un semestre, on aura assisté à un changement majeur au sein de la Banque de Maurice avec la nomination de Yandraduth Googoolye au poste de gouverneur et celle de Renganaden Padayachy en tant que First Deputy Governor.