Xplik ou K

Infrastructure à Vacoas : une dizaine de familles protestent contre l’installation d’une antenne

Infrastructure à Vacoas Les travaux pour l’installation de l’antenne relais contestée ont déjà débuté.

L’installation d’une antenne de télécommunications du réseau MTML à Vacoas fait des mécontents. Selon un habitant de la région aucun panneau de préavis n’a été placé avant le début des travaux. Or, le maire de Vacoas/Phœnix précise que la protestation a été adressée après le délai prévu par la loi.

À la rue St-Antoine, Camp-Fouqueraux, l’installation d’une antenne de télécommunications du réseau MTML est contestée. L’antenne sera placée dans un quartier résidentiel. Selon Sanjay G., environ une dizaine de familles sont concernées par ce problème et elles s’opposent à cette installation. « Nous avons déjà adressé une pétition à la mairie de Vacoas contre la première demande en 2017. Cette fois-ci, nous n’avons pas vu de tableau avisant le public des futurs travaux », plaide Sanjay. Il indique que le permis a néanmoins été alloué et la pétition n’a pas été prise en considération puisque des travaux d’excavation ont déjà débuté.

« J’habite en face du site de construction, si on avait affiché le préavis, nous aurions fait part, une fois de plus de notre objection. J’ai adressé une lettre au Chief Executive de la mairie de Vacoas/Phoenix pour lui faire part de nos appréhensions. Nous avons porté plainte, mais malgré tout, nous n’avons pas été convoqués pour être entendus. De plus, il y a une autre antenne plus loin », fustige Sanjay.

Le maire de Vacoas/Phoenix, Farhad Dowlut, indique que la première application avait été rejetée en raison d’une pétition contre le projet. « La compagnie a logé une nouvelle demande et cette fois-ci, il n’y a eu aucune objection des riverains. Le dossier a donc été approuvé par le comité », fait ressortir le maire.

Dépendant du type de requête, il y a un délai de 15 jours ou un mois accordé aux contestataires pour loger leur protestation. Concernant le tableau de préavis, le maire précise que des préposés de la mairie se rendent généralement sur le site pour vérifier s’il en existe et prennent aussi une photo du tableau comme preuve. Un avis est aussi publié dans la presse. « La contestation des voisins a été adressée après le délai prévu par la loi. Ce qui fait qu’elle n’a pas été retenue. Je conseillerais aux protestataires de faire appel à l’Environnement & Land Use Appeal Tribunal », explique le maire.