People

Khandini Rajmun Goraya : contre la «Fashion Pollution»

Khandini Rajmun Goraya À travers la campagne Clothing Drive, Khandini Rajmun Goraya, 28 ans, lance un appel aux Mauriciens. (Photos 

Arrêter de consommer sans réfléchir, acheter moins, choisir mieux, faire durer et recycler. Voilà le concept de la campagne « Clothing Drive » lancée par Khandini Rajmun Goraya, conseillère en image et fondatrice de The Minimalist. Parcours et projet.

Transmettre au monde l’art du style à travers un look minimaliste. C’est l’objectif de Khandini Rajmun Goraya. Du haut de ses 28 ans, cette entrepreneure aux grandes ambitions s’est fixé pour mission de transmettre aux Mauriciens son savoir.

Son but : construire la confiance en soi et promouvoir le minimalisme dans une industrie de la mode axée sur l’écologie. « Acheter moins, bien choisir et faire durer. » Difficile lorsqu’on est une « fashion addict ».

Impliquée dans l’industrie de la mode depuis dix ans, Khandini Rajmun Goraya est diplômée de l’université de Maurice en Fashion Technology, avec une maîtrise en administration des affaires. Elle est également formatrice agréée de la Mauritius Qualifications Authority. L’expérience acquise dans la vente et le design lui a permis de mieux connaître l’industrie de la mode et d’attiser sa curiosité.

Un sentiment extraordinaire

« J’aimais la mode, je voulais continuer dans le métier, mais en donnant un sens à ce que je faisais. C’est fascinant de pouvoir aider les gens à avoir confiance en eux, à découvrir leur style et à faire bonne impression. C’est vraiment un sentiment extraordinaire d’être la voix du style » , raconte-t-elle.

Khandini Rajmun Goraya décide, il y a un an, de se lancer dans l’entrepreneuriat en créant The Minimalist. « L’idée était de proposer un nouveau concept à Maurice, afin d’éduquer les gens sur la façon de s’habiller avec des tenues flatteuses et tout en créant une “garde-robe capsule”. Soit avec moins de vêtements et plusieurs combinaisons et options les unes plus élégantes que les autres. Avoir une tonne de vêtements et ne porter que quelques-uns conduit à un look improductif », explique-t-elle.

« Le minimalisme, c’est avant tout un style de vie », dit-elle. En désencombrant et en sélectionnant uniquement des vêtements de qualité dans lesquels vous êtes à l’aise, vous aurez une garde-robe productive, selon la consultante en image.

« Nous misons sur la qualité plutôt que la quantité et en réduisant à bon escient le nombre de vêtements que nous portons, nous créons de l’espace, un coin customisé et personnel qui respire. Nous sommes moins stressés et nous savons facilement quoi porter. »

L’intérêt suscité par Khandini l’a poussée à être la voix du changement pour réduire la fashion-pollution à Maurice. « Être une adepte de la mode au détriment de notre environnement n’est pas une bonne chose. Nous, les minimalistes, nous pouvons toujours être élégants avec une eco-touch, tout en soutenant le clothing drive. »

Réduisez le gaspillage des vêtements, recyclez, faites un don aux nécessiteux, protégez notre environnement et soyez minimaliste. Le motif est de combler le fossé entre la mode et la durabilité, deux mondes à part.

« La mode parle de vitesse, d’affaires, de tendance, de look, mais la durabilité implique la lenteur, la compréhension, l’émotion et l’apathie. La meilleure façon de combler le fossé ? C’est en réduisant, rapiécetant, en recyclant et en faisant don. »

Consommation responsable

À partir du 1er avril, Khandini Rajmun Goraya récoltera les vieux vêtements, afin de faire des dons aux nécessiteux, pour la Journée mondiale de l’environnement, le 5 juin.

« De cette façon, nous réduisons le gaspillage de vêtements. Je veux que chacun soit conscient de la valeur des vêtements qu’il possède, achète ou porte. Chaque vêtement raconte une histoire. L’industrie du textile et de la mode est l’une des plus polluantes et l’engouement du Fast Fashion laisse une empreinte silencieuse de pollution sur terre. »

Les processus impliqués dans la création d’un vêtement et de son cycle de vie consomment beaucoup d’énergie, endommagent nos ressources naturelles, contribuent à la pollution, au gaspillage de l’eau et à l’absorption de produits chimiques toxiques dans le sol.

« Nous portons tous des vêtements et nous sommes également responsables de cette industrie polluante. L’idée n’est pas d’arrêter de porter des vêtements, mais plutôt d’adopter un comportement de consommation responsable. »

La campagne Clothing Drive a débuté sur les réseaux sociaux. Le hashtag #clothingdrivemauritius et le slogan Share a touch of love ont déjà été lancés. « J’espère que le Clothing Drive nous permettra de faire une collecte massive de vêtements auprès des Mauriciens. »

Par ailleurs, elle travaille sur d’autres projets visant à faire prendre conscience de la valeur des vêtements portés, afin de réduire le gaspillage. « Je compte proposer de nouveaux concepts qui inciteront les Mauriciens à adopter un style de vie minimaliste. »