People

La double vie d’Avinav Jatoo

Avinav Jatoo

Au prix de lourds sacrifices, Bholaswanathsingh Jatoo, dit Avinav, mène de front études et emploi. Une double vie certes pour ce jeune homme âgé de 25 ans. Ce qui lui permet aujourd’hui de récolter le fruit de trois années de sacrifice. Il poursuivra ses études en Chine en toute quiétude.

Mardi 19 juin. C’est avec un ouf de soulagement qu’Avinav fait la surprise à ses parents. Ce jour- là, il a reçu une bourse d’études, tous frais payés, des mains de son excellence Che Jun, le secrétaire du parti communiste chinois.

C’est entouré de sa famille que Avinav a marqué cet heureux évènement, avant de prendre l’avion le même jour à 21 heures pour participer à un « Summer Camp » en Chine. « Des vacances bien méritées », confie l’étudiant qui a consacré trois années à se surpasser. « Ce n’était pas toujours facile mais je n’ai jamais baissé les bras.» De retour à Maurice dans deux semaines, il remettra le cap sur la Chine, le 11 septembre prochain. Cette fois-ci pour entamer une maîtrise en « Business Management » à l’université Zheijiang Sci-Tech (ZSTU).

Avinav ne cache pas qu’il a dû faire d’innombrables sacrifices pour qu’il puisse poursuivre ses études tertiaires. « Difficile de se consacrer sereinement à ses études quand on sait que ses parents n’ont pas les moyens pour financer ses cours à l’université », confie ce jeune habitant de Cottage.

Fils unique d’un père, chef de sécurité, et d’une mère, femme au foyer, Avinav a dû dès son plus jeune âge enchaîner de multiples petits boulots. Après avoir effectué son « Higher School Certificate » au Collège Ramsoondar Prayag SSS à Rivière du Rempart, il a dû travailler dans les magasins Woolworths afin d’économiser de l’argent pour payer ses frais scolaires à l’Université de Maurice, où il a effectué un « BA in French ». 

Quand je veux quelque chose, je l’obtiens, lentement mais sûrement»

Son intérêt s’est ensuite développé pour les « Mauritian Translation Studies ». C’est ainsi qu’il a débuté des cours en mandarin avec l’institut Confucius de l’université de Maurice. Issu d’une famille hindoue, Avinav avoue qu’il a eu du mal à apprendre cette langue chinoise. Et de préciser qu’il lui a fallu doubler ses efforts afin de la maîtriser.

« Au début je ne comprenais rien. Mais, j’ai persévéré. Avec le soutien de mon binôme et de ma camarade de classe Shannon, qui est aussi boursière de la ZSTU, nous avons pu étudier et pratiquer cette langue. Aujourd’hui, on peut même chanter en mandarin », dit-il avec un grand éclat de rire.  Le jeune homme ne manque pas de saluer le soutien indéfectible de ses parents et les familles Manohur et Doolub pour les valeurs qu’ils lui ont inculquées. Ce qui a contribué à son succès, reconnaît-il.

« Quand je veux quelque chose, je l’obtiens, lentement mais sûrement », dit Avinav arborant un sourire.  La détermination et la persévérance lui ont permis de poursuivre ses études. Il ne cache pas à dire qu’il a consacré trois ans à donner tout de lui-même. « Je ne sortais pas, j’ai même négligé ma passion pour le piano et je me suis consacré à étudier tout en travaillant pour payer mes études. C’était une double vie que je ne regrette en aucun cas. »

« Cette bourse en Chine me permettra certes de poursuivre ses études. En attendant de vivre mon rêve, celui de décrocher une profession qui me permettrait de voyager autour du monde. » 

Par ailleurs, Avinav est pianiste mais il partage aussi pour passion : la natation et la lecture.