Actualités

La douleur d’une mère - Son fils lui dit : «Maman, laisse-moi mourir»

L’adolescent souffre depuis sa naissance.

C’est l’histoire d’un adolescent qui souffre le martyre depuis sa naissance. Ses complications de santé sont multiples et c’est à se demander comment il a pu trouver de la force pour survivre...

Vindoomutee T., mère de trois enfants, souffre dans son for intérieur de voir son benjamin de 18 ans lutter contre de multiples problèmes de santé depuis sa naissance. Elle explique qu’il souffre de problèmes cardiaques, de la vessie, du rein gauche et de l’anus. De plus, il lui manque une partie de la colonne vertébrale.

Depuis sa naissance, l’adolescent a subi huit interventions chirurgicales. À l’âge de 12 ans, il a été opéré au cœur pour la quatrième fois. Il s’est rendu six fois en Inde, à l’hôpital Manipal, pour être opéré : quatre fois pour son cœur et deux fois pour ses tripes. Selon la mère, les médecins mauriciens lui ont dit que son fils souffrait de « Cardiac 4 » et que cela ne relevait pas de leurs compétences, d’où cet appel à des spécialistes étrangers.

La mère est aux petits soins pour son fils, à qui elle accorde une attention particulière. Tellement qu’elle n’arrive pas toujours à se concentrer sur les tâches ménagères. Elle ne peut pas compter sur son époux, qui a 65 ans, ex-employé d’une compagnie spécialisée dans la réfection des rues et des ponts. Il a subi une attaque cérébrale, ce qui l’a considérablement affaibli.

Interventions chirurgicales

Elle explique que chaque cinq ans, les artères artificielles de son fils doivent être remplacées, sinon il commence à étouffer par manque d’oxygène. La dernière fois qu’on a changé ses artères remonte à 2012. Six ans après, on n’a pas encore renouvelé l’opération à l’hôpital SSRN où il suit ses traitements.

Ce n’est pas tout. L’adolescent n’a plus ses médicaments pour les soins rénaux depuis maintenant presque deux ans. Selon sa mère, l’Oxyspas est indisponible depuis janvier 2017. Elle dit que, quand elle s’est informée auprès de l’hôpital SSRN, on lui a répondu que l’affaire avait été référée au ministère de la Santé.

Artères endommagées

Vindoomutee révèle que le 24 novembre 2017, une doctoresse étrangère de passage à Maurice a pu examiner son fils. Elle a même procédé à une échographie du jeune patient et a décelé que ses artères étaient endommagées à plus de 80 %. Elle a recommandé une CT Scan, qui n’aurait été réalisée qu’après dix mois.

Elle dit qu’une autre fois, quand un médecin indien était à Maurice, on l’a appelée le jour même où il prenait l’avion. C’était le 8 septembre 2012.

Comme les autres de son âge…

Vindoomutee révèle que son fils veut être comme tous les jeunes de son âge. Il garde ses cheveux un peu longs et les teint (ils sont de couleur bleue actuellement). Il porte même plusieurs piercings (bien que sa mère déteste cela). Des fois, il sort avec des amis ou seul. Il n’aime pas que sa mère éprouve trop de pitié pour lui.

L’adolescent a étudié, mais de manière très irrégulière. « Il est très intelligent et cela me chagrine qu’il n’ait pas pu étudier convenablement. Actuellement, il s’informe sur Internet à propos de sa maladie », dit sa mère.

Elle raconte qu’il ne prend qu’un repas par jour. « Heureusement qu’il peut encore manger ce qu’il veut. Le soir, il n’arrive pas à s’endormir. Des fois, il me dit : Maman, laisse-moi mourir. » 

Il a une sœur et un frère qui sont ses aînés. Sa sœur de 25 ans est ingénieure. Elle l’aime beaucoup et prend soin de lui comme une deuxième maman, selon Vindoomutee. Elle lui achète tout ce qu’il veut. Son frère, 24 ans, qui est technicien électromécanique, l’aime aussi. 


L’appel de la mère : « Envoyez mon fils en Inde pour qu’il puisse continuer à vivre »

Vindoomutee implore le ministère de la Santé d’envoyer une nouvelle fois son fils en Inde pour qu’il poursuive son traitement à l’hôpital Manipal. D’ailleurs, le mercredi 3 octobre, elle s’est rendue au ministère pour cette démarche. « On m’a dit qu’un médecin de l’État doit prescrire “the need to go abroad”. Cependant, l’hôpital me demande d’attendre », dit-elle.

Pour que les démarches puissent aboutir, elle ne cesse de faire le va-et-vient entre son domicile et le ministère de la Santé. Elle s’y est déjà rendue quatre fois. Elle dit avoir parlé avec un éminent médecin, qui a recommandé : « Please do the needful for Mrs Tohooloo ». Malheureusement, rien n’a été fait jusqu’ici.

Le ministère de la Santé, par la voix de son attaché de presse Jameer Yeadally, a annoncé prendre ce cas au sérieux. Un rapport devra être conclu avant de décider de la marche à suivre. Une rencontre a déjà été fixée entre la mère de l’adolescent et de hauts fonctionnaires.


Six fois au bureau de la CSU

Vindoomutee affirme s’être rendue pas moins de six fois au bureau de la Citizen Support Unit de sa localité. Le numéro de son ticket est le 55228360. Dans son rapport daté du 8 mai 2018, la CSU note ceci : « Mrs T. called at the CAB of Vacoas to complain that his son named Govind Avataar Karan T., aged now 18 years, who is suffering from cardiac problems since birth and has been diagnosed congenital heart defects and renal problem with incontinence of urine with nerogenic bladder. Treatment is being made at SSRN Hospital and she was informed that it is a problem of cardiac 4 and that surgery cannot be undertaken in Mauritius. Furthermore, it has been found that his pulmonary artery is damaged over 80%. In this context, on 24th November 2017, a doctor has recommended urgent endiography for replacement of pulmonary artery. She is waiting now for more than five months without any action taken by the hospital to do same. She is requesting urgent endiography by a medical expert. »