Défi Zen

Le désir : laissez parler les fantasmes

L’imagination déclenche le désir. Un objet, un lieu ou un vêtement peut faire monter la libido en flèche. C’est normal, estime le psychologue Sadasiven Coopoosamy, qui indique qu’avoir des fantasmes peut être une bonne chose. Tour d’horizon.

Le fantasme de l’uniforme

La blouse blanche ou encore l’uniforme militaire ont toujours attiré… Hommes et femmes ne sont pas insensibles au charme de ces personnes qui représentent la virilité ou la féminité. Un homme en uniforme militaire ou policier est sexy.

À la vue de certains uniformes, la libido grimpe facilement. Pour décoder ce fantasme, le psychologue Sadasiven Coopoosamy met en avant le symbole du pouvoir que ces derniers ont dans la société. « Tout symbole doté d’un pouvoir attire les convoitises. Quand ces personnes en uniforme parlent, on les écoute, que ce soit le policier, le militaire, le pompier ou encore le médecin », estime-t-il.

C’est cette obligation de se soumettre à ces personnes qui les rend attirantes. « Et fantasmant sur ces personnes, on a l’impression de transgresser l’ordre des choses et c’est un peu ce que nous voulons tous. Aller vers l’interdit et succomber aux plaisirs liés à ces interdits sont les facteurs clés des fantasmes », fait comprendre le psychologue.

Il estime que l’excitation sexuelle est provoquée par l’imagination plus que par la personne qui les porte ; ce sont les uniformes qui attirent. « La personne peut ne pas être belle ou attirante. C’est l’emballage, c’est-à-dire l’uniforme, qui provoque cette réaction sexuelle chez le sexe opposé », indique-t-il.

Le fantasme des lieux publics

Une séance de jambes en l’air dans un lieu public. C’est un fantasme que nourrissent de nombreuses personnes. En plein air, en avion, en voiture, sur la plage ou encore dans l’ascenseur… l’envie est toujours au rendez-vous.

Il s’agit surtout des lieux connus de tous. Et avoir de tels fantasmes est tout à fait normal, selon le psychologue.

Le fantasme est essentiel pour un bon équilibre de sa vie sexuelle, ajoute-t-il. « Les fantasmes alimentent le désir, intensifient le plaisir et sont le vecteur d’une sexualité épanouie », fait-il observer. Le fantasme apporte de la passion, du changement et du renouveau au sein du couple.

Pour ce qui est des lieux publics, la plage est aussi un lieu très sollicité par les couples. « Jeunes couples ou non, être sur le sable en amoureux ne peut qu’alimenter le désir », estime-t-il. Sous les étoiles, les cheveux au vent… La plage est le lieu par excellence pour les romantiques, selon lui.

Un autre lieu qui fait rêver : l’avion. Prendre son pied en plein vol est un des fantasmes les plus répandus. « C’est le désir d’essayer un lieu atypique qui est recherché. C’est un peu le cas avec l’envie de se laisser aller en avion. On réalise qu’on est dans le vide, au-dessus de la terre et pour rendre ce moment encore plus mémorable, on se fait plaisir », explique le psychologue.

Les fantasmes des objets

Les fantasmes sont aussi liés aux objets. Le fantasme sur les objets est lié à un besoin de nouvelles sensations selon Sadasiven Coopoosamy. Et la vision d’un objet peut provoquer le désir. « C’est que l’objet en question agit sur notre libido », explique-t-il.

À Maurice, un autre facteur expliquant pourquoi le fantasme de l’objet existe est l’illégalité des « sex toys ». « Vu que c’est illégal, il suscite encore plus d’intérêt. Et de nombreux couples se mettent à créer leurs propres “sex toys” », indique ce dernier. Une cuillère en bois ou encore d’autres instruments de cuisine se métamorphosent en objets sexuels. Certains oseraient même les légumes.

« L’Internet est un outil puissant qui nous unit au monde, aux autres pays. Et nous voyons des récits de couples de quatre coins du monde qui racontent leurs expériences et inspirent les Mauriciens à rechercher les mêmes sensations », souligne notre interlocuteur. En quête de nouvelles sensations, la personne se laisse tenter par ce qui est inédit et surtout, par ce qui est tabou, dit le psychologue.