People

Le prodige indien Abilash Giri Prasad ‘unplugged’ au Suffren

Abilash Giri Prasad De g. à dr.  : Manikkudi Chandrasekar, Abilash Giri Prasad, Sharvan Boyjoonauth et Sivaramen Marday.

C’est un petit événement musical qui s’est joué à l’abri des regards du public connaisseur le mardi 5 juin dans une chambre de l’hôtel Le Suffren, au Caudan : le jeune prodige indien de la musique carnatique, Abilash Giri Prasad, accompagné du joueur de mridangam, Manikkudi Chandrasekar, ont eu une ‘jam session’ d’une demi-heure avec les Mauriciens Sharvan Boyjoonauth, et Sivaramen Marday, eux-mêmes spécialistes de la musique carnatique, le premier au chant, le second au ghatam. Une rencontre rendue possible grâce à l’entregent de Shravan Joyjoonauth, qui a connu le prodige indien durant ses études de chant et de musique à Chennai. « Je me souviens bien de Sharvan, raconte-t-il. Il avait beaucoup galéré pour vivre et  suivre ses études. C’était très dur pour lui, mais je me réjouis de le revoir aujourd’hui a Maurice, il a la forme et il est devenu ‘un high profile artist' ».

Les deux musiciens indiens reviennent d’une tournée d’un mois à Durban, à l’invitation de quelques familles d’origine indienne. A l’aller, ils avaient transité par Maurice et c’est au retour qu’ils ont posé pied à Plaisance avant de rejoindre Le Suffren. Pour Sharvan, la présence d’Abilash Giri Prasad à Maurice revêt un caractère exceptionnel, car, dit-il, « il fait partie d’un petit cercle très restreint de chanteurs qui, très jeunes, avaient montré des dons. A 12 ans, il fascinait déjà ses profs de musique à l’école où nous étions tous deux inscrits. Aujourd’hui, sa voix a gagné en maturité grâce à la maîtrise technique. »

Mardi, au Suffren, lorsque les deux Mauriciens ont rejoint Abilash et Manikkudi, c’était pour un ‘jam’ improvisé dans la pure tradition de la musique carnatique mais, s’empresse de nuancer Sharvan, c’était une improvisation calculée, entre professionnels, dans le respect de la rigueur et de la tradition. C’était un moment d’intense bonheur comme c’est souvent le cas lorsqu’on rencontre les grands esprits.

Abilash Giri Prasad, expert-comptable de profession, est aussi un chanteur accompli dans le registre de la tradition carnatique et titulaire d’un niveau de ‘Grade B’, décerné par l’All India Radio. A la question de savoir si les études académiques peuvent-elle s’accommoder à l'apprentissage des arts, il repond sans ambages : « En fait, les études en sciences cognitives ont démontré que l’initiation aux arts permet aux apprenants de mieux maîtriser les études académiques. Les arts apportent la sérénité et l’assurance nécessaires à ces études, ils participent à la réalisation holistique de tout individu en ce qu’ils développent son côté émotionnel qui, lui-même, génère la passion. »