Live News

Lors d’une perquisition pour une affaire de drogue : la police se retrouve avec un cas de trafic humain

Emergency Response Service Special Squad

Joli coup pour les limiers de l’Emergency Response Service Special Squad mercredi. Ils ont perquisitionné la maison de Michel Paul Yves, âgé de 50 ans, et ont trouvé des seringues et de la poudre soupçonnée d’être de l’héroïne. Une femme a approché les policiers et leur a expliqué que Michel la contraignait à se prostituer.

Les limiers de l’ERS de la Special Squad, dirigés par le sergent Deojee, ont perquisitionné la maison de Michel Paul Yves à Beethoven Street, Cité Richelieu, Petite-Rivière, mercredi après-midi. Ils ont eu des renseignements selon lesquels ce dernier est mêlé à une affaire de drogue. Une fois dans la maison, la police s’est retrouvée confrontée à un cas de human trafficking. Une femme de 44 ans, qui était dans la maison, a approché une policière et lui a confié qu’elle est victime de prostitution. Elle a été conduite au poste de Petite-Rivière où elle a donné sa version des faits.

Elle a expliqué aux enquêteurs qu’elle vit chez le dénommé Michel. « Il m’a emmenée à son domicile et il m’oblige à me prostituer. Il fait venir des hommes chez lui et ils le paient pour avoir des relations sexuelles avec moi. » Après son interrogatoire, la dame a été autorisée à rentrer chez elle. Elle est suivie par une psychologue.

La police a procédé à l’arrestation du quinquagénaire. Lors de la fouille à son domicile, deux seringues jetables et une seringue contenant trois morceaux de coton trempés, deux tubes en papier et une feuille d’aluminium contenant de la poudre soupçonnée d’être de l’héroïne ont été saisis. Il a été arrêté et placé en détention. Jeudi, l’homme a comparu devant le tribunal de Bambous sous une accusation de « possession of dangerous drugs » et de « human trafficking ». La police a objecté à sa remise en liberté conditionnelle.

Le Défi Quotidien a rencontré l’épouse de Michel. Cette dernière affirme que son époux a été piégé. « Michel et moi connaissons cette dame depuis longtemps. Nous sommes amis. Il y a un mois, des gens ont vandalisé sa maison. Michel et moi étions tristes de la voir ainsi sans domicile. Elle a un enfant de 10 ans. Nous l’avions alors invitée à venir habiter chez nous. Cette dame a profité de notre faiblesse et elle a piégé mon époux. C’est malhonnête de sa part. Nous l’avons aidée et en retour, elle nous fait un sale coup », soutient l’épouse, âgée d’une quarantaine d’années.Elle clame l’innocence de son mari. « Quand cette dame a vu les policiers, elle a paniqué et pour s’en sortir, elle a accusé mon époux », dit-elle.