Débat

Maurice en Coupe du Monde : pas impossible

Adel Langue, Christopher Casernes, Francis Rasolofonirina ety Damien Ballisson

C’est le rêve de tout footballeur de participer à une Coupe du Monde.  À Maurice,  les acteurs de la sélection nationale suivent cet évènement planétaire d’un œil particulier. Pour eux, le Mondial est une occasion de continuer à apprendre l’évolution du football. Ils estiment qu’il y a un long chemin à parcourir pour retrouver Maurice dans une phase finale de la compétition.

Adel Langue
Adel Langue souligne qu’il apprend beaucoup des matchs de la Coupe du Monde.

L’élément important dans l’entrejeu du sélectionneur Francisco Filho, Adel Langue est lui un fan du football samba. « Depuis ma plus tendre enfance, je soutiens le Brésil. Je me suis laissé prendre par la ferveur brésilienne car à l’époque tout le monde était fan du jeu brésilien avec ses stars telles que Ronaldinho, Ronaldo et Rivaldo entre autres » souligne le milieu de terrain mauricien. 

Depuis le début du Mondial, cet habitant de Résidence Kennedy passe la plupart de son temps devant son téléviseur à visionner les matchs dans son intégralité. Le tout dans une belle ambiance. « Ce Mondial est également une aubaine pour nous footballeurs de voir évoluer et d’apprendre de ses grands noms du football. C’est la raison pour laquelle je suis la plupart des matchs dépendant de mon emploi de temps. Les plus simples détails peuvent nous aider améliorer notre football » explique Adel Langue.

Quid d’une participation de Maurice à une phase finale du Mondial ? Le joueur qui a passé une saison au Paris FC en France estime que rien n’est impossible. « Il y a beaucoup de travail à faire et il faut investir. La Chine en est un exemple. Elle a attiré plusieurs joueurs de renom pour jouer et hausser le niveau de son championnat. Dans quelques années, la Chine sera à coup sûre dans une Coupe du Monde. Alors pourquoi pas Maurice ? » confie-t-il.

Le défenseur, Francis Rasolofonirina abonde dans le même sens que son coéquipier. Il est lui aussi fan des Brésiliens. « Thiago Silva est l’un des joueurs que j’admire le plus étant lui aussi un défenseur. Le Brésil a son style de jeu propre à lui avec beaucoup de technicité » lance le joueur du Cercle de Joachim.

Les matchs, il les suit avec ses amis ou tranquillement chez lui. « J’essaye de regarder le maximum de matchs possible car dans chaque match, il y a des choses à apprendre tels que les déplacements et on les regarde sous un autre œil » dit Francis Rasolofonirina.

Christopher Casernes
Christopher Casernes est un fan de l’Allemagne et de l’Espagne.

Avec l’introduction de l’arbitre assistant vidéo (VAR) au Mondial, le joueur de la sélection nationale n’est ni pour ni contre cette décision. « C’est une bonne chose mais également une mauvaise chose car cela vient gâcher la beauté naturelle du football. Mais de l’autre côté, il y a aussi des décisions arbitraires injustes qui ont brisé les rêves d’une sélection »  précise le défenseur de métier.

Beaucoup de surprises

Damien Ballisson, le gaucher du Club M vivra lui le Mondial aux rythmes des Bleus de Didier Deschamps. « Cette équipe de France a un très gros potentiel surtout avec les jeunes tels que Mbappé, Dembélé et autres Fékir. Depuis tout petit, j’ai nourri une admiration pour les Bleus par leur style de jeu. Je suis d’avis qu’avec une telle équipe, ils ont les moyens d’aller très loin dans la compétition et pourquoi pas la remporter pour la deuxième fois » se réjouit Damien Ballisson.

Toutefois, reconverti en ailier gauche par le sélectionneur Francisco Filho, il n’écarte pas une surprise. « Les petites nations ne sont pas venues pour faire de la figuration comme témoignent les bons résultats du Mexique, de l’Islande et tout récemment de la Suisse face aux grosse pointures. Il faudra avoir l’œil sur elles » explique cet habitant de Curepipe.

Francis
Francis Rasolofonirina est un fervent fan de la sélection brésilienne.

Le dernier rempart, Christopher Casernes s’est mis à l’heure de la Coupe du Monde. « La Coupe du Monde a provoqué un engouement à travers le monde. Ce n’est pas chaque année qu’on a l’occasion de vivre une telle ambiance. Qu’on soit en famille ou avec mes élèves au collège, les activités tournent autour de la Coupe du Monde. Les chambrages sont également d’actualité dans ce temps du mondial » relate Christopher Casernes.

Pour cette édition en Russie, le gardien du Roche-Bois Bolton City suivra les prestations de l’Allemagne de Manuel Neuer et les Espagnols.  « J’adore les Allemands même s’ils se sont un peu affaiblis par rapport aux précédentes éditions alors que l’Espagne démontre toujours cette sérénité » supervise le dernier rempart.

Damien
Damien Ballisson estime qu’il faudra garder un œil sur les petites nations.

Voir Maurice dans une Coupe du Monde, Christopher Casernes est d’avis qu’il faut tout revoir. « Le statut des footballeurs à Maurice n’est pas bien protégé et nous évoluons dans l’insécurité. Nous ne jouons pas au football a tête reposée pour mettre en valeur ce qu’on peut faire. De plus, il faut beaucoup investir surtout dans les infrastructures et également dans la formation. Ce sont les bases pour toute évolution et nous sommes très en retard comparés aux pays d’Afrique. Mais rien n’est impossible » souligne-t-il.