Faits Divers

Meurtre de Stacey Henrisson : des doutes émis sur l’identité de la victime

Jayraj Sookur Jayraj Sookur conteste la peine de 60 ans de prison que lui a infligée la cour d’assises.

L’appel interjeté par Jayraj Sookur contestant sa peine de 60 ans de prison pour le meurtre de Stacey Henrisson a été entendu le mercredi 27 juin. Son avocat remet en cause le processus d’identification du cadavre, affirmant que celui cité dans son procès n’est pas celui de la jeune fille.

Jayraj Sookur purge une peine de 60 ans de prison. Il avait été jugé coupable, par une majorité de sept contre deux jurés en cour d’assises, du meurtre de sa belle-fille Stacey Henrisson, le 12 mai 2012. Il conteste à la fois sa condamnation et sa sentence.

Face à un Full Bench de la Court of Criminal Appeal, Me Avineshwur Raj Dayal, avocat de Jayraj Sookur, a soutenu que les éléments versés au dossier à charge ne démontrent pas que le cadavre retrouvé dans un sac-poubelle à Plaine-Champagne était celui de Stacey Henrisson. Il ajoute que le juge siégeant en première instance a toutefois conclu que le processus d’identification du cadavre avait été complété, alors qu’il n’y avait aucune preuve ADN à cet effet.

Procès équitable

De plus, Me Avineshwur Raj Dayal soutient que Stacey Henrisson avait une cicatrice au menton après une chute dans la salle de bains. Or, l’avocat a indiqué que l’examen post-mortem pratiqué par le Dr Maxwell Monvoisin, médecin légiste, n’avait pas décelé une telle trace sur le cadavre.

Me Avineshwur Raj Dayal s’est également appesanti sur le fait que la police n’a pas communiqué certaines preuves à la poursuite et à la défense, alors qu’elles pouvaient facilement être obtenues. « Mon client n’a pu obtenir de procès équitable comme garanti par la Constitution. On ne peut conclure qu’il a tué Stacey Henrisson », a fait ressortir Me Avineshwur Raj Dayal.

Me Kesri Soochit, State Counsel, a réfuté les arguments avancés par l’avocat de la défense, précisant que l’identification du cadavre ne souffre d’aucune contestation. L’avocate de la poursuite a soutenu que le résumé fait par le juge siégeant en première instance aux jurés ne contient pas d’irrégularité nécessitant l’intervention de la Court of Criminal Appeal.

Me Kesri Soochit a souligné que les aveux de Jayraj Sookur étaient des preuves recevables lors du procès aux assises et que le juge ne pouvait les écarter. Au terme des arguments avancés par les deux parties, la Court of Criminal Appeal a mis son jugement en délibéré. Le Full Bench est composé du chef juge Kheshoe Parsad Matadeen ainsi que des juges Nirmala Devat et Rita Teelock.

Jayraj Sookur, un masseur-guérisseur de 52 ans, avait plaidé non coupable à l’ouverture de son procès en janvier 2016. Il était accusé d’avoir tué sa belle-fille Stacey Henrisson, 17 ans, en mai 2012, à Bonne-Mère. Le crime aurait pour toile de fond une affaire d’héritage. Le cadavre de l’adolescente avait été retrouvé dans un ravin à Plaine-Champagne. C’est un touriste qui l’avait découvert et avait alerté la police.

Le chauffeur de Jayraj Sookur, Ramdassen Tany, avait également été arrêté dans le cadre de l’enquête. Il a écopé de 12 mois de prison en cour intermédiaire après avoir été reconnu coupable d’avoir aidé Jayraj Sookur à se débarrasser du cadavre. Stacey Henrisson avait hérité de plusieurs biens immobiliers de son père, dont une maison à Pointe-aux-Canonniers.