Actualités

Nomination contestée : Shamila Sonah-Ori finit par céder

Blessée et humiliée. C’est le sentiment de Shamila Sonah-Ori après qu’elle a renoncé à sa nomination pour siéger à l’Electoral Supervisory Commission (ESC) et à l’Electoral Boundaries Commission (EBC).-Elle dénonce une « campagne de bassesse » menée à son encontre et qui a finalement eu raison d’elle, estime-t-elle.

Dans une lettre adressée à la présidence, datant du 30 mai dernier, Shamila Sonah-Ori dénonce « une politisation à outrance » de sa nomination au sein de l’Electoral Supervisory Commission (ESC) et à l’Electoral Boundaries Commission (EBC). « Considering the bad faith and the various statements made by different members of the opposition, especially the leader of the opposition, and the ‘politisation à outrance’ of this matter, I do not wish that my nomination to serve my country be proceeded further », a écrit Shamila Sonah-Ori.

Celle qui est aussi l’avouée de Pravind Jugnauth dans l’affaire MedPoint accuse Xavier-Luc Duval d’avoir terni son image lors d’une conférence de presse. « Subsequently, the content of the press conference with a clear intention to harm me and tarnish my reputation was widely broadcasted in the media », déplore Shamila Sonah-Ori, précisant qu’avec plus de 25 années de carrière, elle a toujours fait son travail avec « dedication, honesty and integrity ».

Cette affaire a, en effet, pris des proportions auxquelles on ne s’attendait pas. Xavier-Luc Duval a, lors d’une conférence de presse le samedi 26 mai dernier, exprimé son opposition à la proposition de nommer celle qu’elle qualifie « d’activiste notoire du MSM » à la Reform Boundary Commission et à l’Electoral Supervisory Commission. Durant la semaine, plusieurs membres de l’opposition se sont entretenus avec le Président par intérim, Barlen Vyapoory, sur le sujet. Ce sont, notamment, Alan Ganoo, Paul Bérenger, Shakeel Mohamed et Xavier-Luc Duval. Ce dernier s’est d’ailleurs dit « très choqué et déçu ». Il juge que « c’est un mauvais départ du président de la République par intérim ».

Réagissant à cette nomination, un peu plus tôt dans l’après-midi du mercredi 30 mai, le Premier ministre Pravind Jugnauth a affirmé, quant à lui, que d’après la loi et la Constitution, Shamila Sonah-Ori n’est pas disqualifiée pour siéger à l’Electoral Supervisory Commission et à l’Electoral Boundaries Commission. « Savez-vous que Désiré Basset est mon avocat ? Savez-vous que Dev Gowrea, qui est membre de cette commission, est le beau-frère de Satish Faugoo, qui est un politicien ? Savez-vous que Nargis Bundhun, qui est aussi membre de cette commission, est la soeur de Raouf Bundhun, qui était dans la politique ? Je ne dis pas que ces personnes sont disqualifiées. Shamila Sonah-Ori est apparentée par alliance à moi. Cela ne veut pas dire qu’elle est disqualifiée. J’ai personnellement consulté la loi. Et selon la loi, elle n’est pas disqualifiée », a-t-il conclu.

Rappelons que Shamila Sonah-Ori est la cousine de Kobita Jugnauth, l’épouse du Premier ministre.