Actualités

Pravind Jugnauth aux députés de l’opposition : «On ne peut faire de la politique sur tout»

Pravind Jugnauth avec les officiers de la Citizen Support Unit Pravind Jugnauth avec les officiers de la Citizen Support Unit à Ébène lors du premier anniversaire.

Pravind Jugnauth, présent à la cérémonie marquant le premier anniversaire de la Citizen Support Unit, mercredi, à Ébène, s’est attardé sur plusieurs sujets d’actualité, dont la commission d’enquête mise sur pied sur l’ex-présidente de la République.

Il a aussi lancé une pique aux députés de l’opposition, leur disant qu’on « ne peut faire de la politique sur tout ». Parlant du secteur sucre, le PM a évoqué « des moments difficiles ».

Le Premier ministre a abordé plusieurs points à l’heure des questions des journalistes à l’issue de la cérémonie. Ci-dessous, les sujets évoqués :

Un budget de continuité

Le Premier ministre présentera un Budget de continuité le 14 juin. « D’ailleurs, la Vision 2030 a déjà tracé la voie. Maurice se développe davantage et on améliore la qualité de vie des gens ».

Commission d’enquête sur Gurib-Fakim

Pravind Jugnauth n’est pas d’accord que certains députés de l’opposition critiquent la nomination des trois juges pour diriger les travaux de la commission d’enquête instituée sur Ameenah Gurib-Fakim. « Ceux qui émettent des critiques visent aussi le judiciaire. Il y a eu consultations avec le chef juge et il a nommé trois juges. Ils critiquent ainsi directement le judiciaire. On ne peut faire de la politique sur tout ».

Pomponette

Entre 2000 et 2005, il y avait un plan-directeur pour développer des sites et construire des hôtels, a soutenu le PM. « Plusieurs décisions avaient été prises et le gouvernement de l’époque avait déjà alloué ce site pour un développement hôtelier. Par la suite, il y a eu une nouvelle demande. Le gouvernement avait donné son aval pour le projet en cours. Maintenant, je ne peux faire arrêter un projet pour lequel les permis ont déjà été octroyés ».

Pouvoirs du président

Concernant les pouvoirs du président de la République, Pravind Jugnauth a souligné que c’est Navin Ramgoolam qui a dit qu’il faut enlever certains pouvoirs. « Si l’opposition veut lancer un débat sur les pouvoirs du président de la République, je vais certainement écouter ce qu’ils ont à dire. Chacun est libre de donner son point de vue. À ce stade, on n’envisage pas de retirer les pouvoirs du Président ».

Réforme électorale

Le comité ministériel a fait des recommandations et a soumis le rapport sur la réforme électorale, a affirmé Pravind Jugnauth. « Je suis en pleine préparation du Budget. Ce n’est qu’après cet exercice que je vais pouvoir y accorder toute mon attention. On viendra ensuite au Conseil des ministres pour des discussions. J’envisage de venir au Parlement avec un projet de loi ».

Comité sur le sucre

Le secteur sucre est dans une situation très sérieuse. C’est inquiétant, car si le prix du sucre a considérablement baissé, les coûts de production sont encore très élevés, a dit le PM. « J’avais apporté la première réforme entre 2000 et 2005 et nous avions en vue une deuxième. Cela aurait dû mieux se passer, car on avait l’argent. Mais le gouvernement PTr/PMSD a gâché cette opportunité. Aujourd’hui, nous nous retrouvons dans une situation où nous sommes sans mesures d’accompagnement pour aider l’industrie sucrière », a-t-il fait comprendre.

Selon Pravind Jugnauth, on doit puiser des fonds publics. « La situation est grave. Il y a un Joint Technical Committee qui a fait des recommandations. Je préside un comité au niveau du gouvernement. Les Independent Power Producers doivent continuer à exister, car ils produisent de l’énergie à base de bagasse ».

Hausse du prix de l’essence

Concernant la hausse du prix de l’essence, le PM a indiqué que c’est Xavier-Luc Duval qui a introduit le Build Mauritius Fund. « Une taxe d’une roupie avait été introduite par Xavier-Luc Duval. Il est vrai que nous l’avons augmentée, mais pour une raison spécifique. Il nous fallait des sous pour les travaux de réparation du Bagatelle Dam, de la route Terre-Rouge/Verdun ou encore de la Ring Road. Ça coûte. C’est des fonds publics que nous devons puiser cet argent en raison des ‘gabgi’ de l’ancien gouvernement ».

... et du tarif de l’eau

Le tarif de l’eau est bas à Maurice, a affirmé Pravind Jugnauth. « Mais en tenant compte des investissements qu’on fait, mais je ne veux pas ajouter un poids supplémentaire sur le dos du peuple. Surtout pour ceux qui sont au bas de l’échelle ».