Magazine

Quand les filles honorent leur mère

Une mère a une place privilégiée dans le cœur de sa fille. La fête des Mères est l’occasion pour celle-ci de l’honorer. Des filles nous parlent de leur mère et du lien affectif qu’elles partagent.

Jane Constance : «Elle m’a appris le braille pour m’aider dans mes études»

Françoise aide Jane à devenir autonome.

Jane Constance affectionne les paroles de sa chanson : « Ce qui fait battre mon cœur ». Celle-ci qu’elle a dédiée à sa mère reflète à la perfection la relation qu’elle nourrit avec elle depuis son enfance : « Maman m’a donné la vie, l’envie de l’aimer, à tout prix sans haine ».

« À la maison je ne suis pas Jane la chanteuse, ni Jane la star, je suis une adolescente comme les autres », dit-elle. Mère et fille sont complices au quotidien. « Le fait d’être aveugle me rapproche beaucoup de maman, car nous faisons tout ensemble. Elle m’apprend à être autonome. »

Cette complicité se lit dans leurs gestes d’affection. « Elle a toujours été à côté de moi, en toute circonstance », raconte Jane. Elle partage aussi sa passion pour le chant avec sa maman. « Comme moi elle aime chanter. Cela nous arrive souvent de faire des “jammin”. Nous chantons et papa joue du piano. »

Les moments privilégiés en famille sont importants pour la jeune chanteuse. « Je dis toujours qu’il ne faut pas attendre un jour spécial pour célébrer la fête des Mères. Nous pouvons gâter notre maman tous les jours. Nous devons remercier, honorer nos parents et les couvrir d’attention chaque jour que Dieu donne. »

Françoise a appris le braille pour pouvoir aider sa fille dans son éducation. À l’occasion de la fête des Mères, Jane lui chantera une chanson et lui offrira une carte en braille. Elle a célébré la fête à l’école vendredi et un déjeuner familial chez les grands-parents est prévu ce dimanche.

Maya Hanoomanjee : «Ma maman ne me reconnaît pas»

Maya Hanoomanjee aux côtés de sa mère.

Chaque semaine Maya Hanoomanjee, speaker de l’Assemblée nationale, insiste pour maintenir l’ordre et la discipline dans l’hémicycle. Quand elle rentre à la maison, elle se met dans la peau de la fille de Basseea.

Maya Hanoomanjee a du mal à contenir son émotion, quand elle parle de sa maman. « Cela fait cinq ans depuis que ma maman est atteinte de démence. Elle ne me reconnaît pas et ne se souvient pas des moments que nous avons passés ensemble. J’en souffre beaucoup. Mais, ma présence la réconforte. Elle ne rate pas une occasion de me serrer dans ses bras et de me faire la bise. Elle a toujours été très affectueuse à l’égard de son fils et ses deux filles », dit la cadette de Basseea.

Âgée de 97 ans, Basseea habite avec sa fille Maya à Flic-en-Flac. La speaker prépare sans faute les repas de sa mère tous les matins. « Maman préfère les plats végétariens. Je dois m’assurer que ses repas soient sains et contiennent les nutriments nécessaires. Je veille aussi à ce qu’elle prenne ses médicaments. Quand je suis en voyage, je prépare un menu que je laisse avec les aides-soignants », confie-t-elle.

Cela lui fait plaisir de prendre soin de sa maman. « Je suis redevable envers ma maman. Elle a travaillé à la Mauritius Family Planning Welfare Association et a toujours été là pour ses enfants. Ma maman est mon amie. Les parents s’assuraient que nous ne manquions de rien. Donc, je suis animée par un sentiment de satisfaction et de reconnaissance quand je m’occupe d’elle », dit-elle.

En ce dimanche, Maya Hanoomanjee prévoit de couper un gâteau pour marquer la fête des Mères. « Maman a célébré ses 97 ans le 2 mai. Elle a compris que c’était son anniversaire. Elle était très contente, quand elle a vu le gâteau. Je remercie ma mère pour tout ce qu’elle a fait pour nous. Je lui dédie mon succès et la femme que je suis », dit-elle. Maya Hanoomanjee est aussi la mère de trois filles. Une seule est actuellement à Maurice. Ce dimanche, la speaker va donc se retrouver avec sa maman, sa fille et son petit-fils.

Anushka Virahsawmy : «Ma maman est mon héroïne»

Pour Anushka Virahsawmy, Loga est le pilier de la famille.

Anushka Virahsawmy, directrice de Gender Links, partage une relation fusionnelle et sincère avec sa mère Loga. Dans le cadre professionnel, elle appelle sa mère par son prénom et « mami » dans d’autres circonstances.

« Maman est une femme forte qui a surmonté de nombreux moments difficiles. Elle était enceinte de moi quand papa a été fait prisonnier politique. Elle devait également s’occuper de ma sœur qui est mon aînée de trois ans. J’ai donc ressenti la souffrance de maman. Ma maman est mon héroïne », dit-elle.

La directrice ajoute que Loga est le pilier de la famille. « Elle m’a inculqué de précieuses valeurs que j’ai transmises à ma fille Anastasia. Loga est mon amie et nous partageons un attachement très puissant. Elle est aussi un cordon-bleu », ajoute-t-elle. Elle indique que sa fille est également très proche de sa maman.

Anushka est actuellement en France et célébrera la fête des Mères aux côtés de sa fille. Elle va passer un coup de fil à sa maman pour prendre de ses nouvelles et la remercier pour sa présence. « Je lui dirai à quel point je l’aime et je la respecte. Je la célèbre tous les jours », dit-elle. Elle aura aussi une pensée spéciale pour sa grand-mère Ouma qui a 92 ans.