Politique

Réforme électorale - Pravind Jugnauth : «J’attends toujours des propositions concrètes»

Pravind Jugnauth

Le Premier ministre attend toujours des propositions concrètes après celles du gouvernement sur la réforme électorale. Il trouve choquants les commentaires de Navin Ramgoolam et de Paul Bérenger par rapport aux propositions, qui ressemblent à celles présentées par ces deux hommes politiques en 2014. 

Le chef du gouverne-ment a fait ressortir qu’il a eu l’occasion d’expliquer en détails les différents aspects au sein de son bureau politique, dont le pourquoi de cette proposition. « À ce jour, j’ai vu les réactions des principaux partis politiques, notamment le Mouvement militant mauricien (MMM). La première réaction de Paul Bérenger est d’avoir critiqué Navin Ramgoolam pour dire qu’il fait volte-face et qu’il pratique de la cheap politics. En effet, c’était presque la même proposition qu’avaient faite le Parti Travailliste (PTr) et le MMM en 2014. Aujourd’hui, on connaît la position de Paul Bérenger. Il dit ne pas être d’accord, mais il doit regarder ses commentaires énoncés à l’égard de Navin Ramgoolam », a déclaré le Premier ministre. 

Quant au PTr, Pravind Jugnauth a souligné que Navin Ramgoolam ne voyait rien de positif, mis à part Rama Sithanen, qui a trouvé des éléments avantageux dans la réforme. « C’est un revirement total pour le PTr. Pour Navin Ramgoolam, ce n’est pas possible que les six personnes soient choisies par le leader, alors que c’est lui-même qui est venu de l’avant avec cette proposition », a-t-il expliqué.

Concernant le Parti mauricien social démocrate (PMSD), le Premier ministre a souligné que les bleus sont contre la réforme électorale et ne veulent pas en discuter. « Ce parti considère que le sujet principal est le redécoupage des circonscriptions. Xavier-Luc Duval a fait des représentations auprès de l’Electoral Boundaries Commission. Il a dit qu’il fallait avoir un rééquilibrage en termes de votants par rapport à différentes circonscriptions », a déclaré le Premier ministre. Il a affirmé que d’autres politiciens ont fait des commentaires, dont Alan Ganoo. « Il était au sein du MMM. Puis, quand il faisait partie de l’alliance mauve-rouge, il avait fait les mêmes propositions. Aujourd’hui, il vient déclarer que la réforme n’est pas correcte », a-t-il fustigé. 

Pravind Jugnauth attend toujours de recevoir des contre-propositions concrètes. « Nous sommes ouverts à toutes propositions. Si on en reçoit, on les étudiera. Elles peuvent provenir non seulement des partis représentés au sein du Parlement, mais de toutes les autres formations politiques. S’il y a des propositions concrètes, qu’on me les envoie en écrit. À partir de là, nous allons considérer toute possibilité de discussion. Le but de ce gouvernement, c’est d’avancer. On veut parvenir à une réforme de notre système électoral. Au sein du MSM, on est en train de discuter et valeur du jour, on a eu le soutien du Conseil des ministres. J’ai eu l’occasion de discuter avec les membres de mon bureau politique. On bouge comme un seul bloc », a laissé entendre le Premier ministre.

Quid d’un projet de loi pour le futur ?  C’est encore au stade des discussions, a expliqué Pravind Jugnauth. « On a fait des propositions et on a vu les réactions. J’attends des propositions concrètes de la part des autres partis de l’opposition. À ce stade, je n’ai reçu aucune suggestion réaliste », a-t-il dit. Ce dernier a également affirmé que quelqu’un peut émettre une proposition qui apportera des améliorations au sein du système, mais on ne doit pas débalancer le résultat d’un First Past The Post, a-t-il fait comprendre. Pravind Jugnauth a aussi déclaré : « On doit avoir une stabilité politique au sein du pays. Pour cela, il faut un système qui assure une stabilité politique et promouvoir la participation des femmes dans des activités politiques. »

Concernant la position du député Bashir Jahangeer sur le Best Loser System, le chef du gouvernement a souligné que le député en question était au sein du bureau politique. Il s’est expliqué à ce sujet : « Une fois qu’on a eu des propositions concrètes, on va décider de la direction à prendre. D’ailleurs, ce n’est pas uniquement moi qui décide. On a un gouvernement et un Conseil des ministres », a-t-il dit. 

Il a bien fait comprendre que le PTr et le MMM avaient fait les mêmes propositions en 2014. « Aujourd’hui, parce que c’est nous qui faisons ces suggestions, il y a toutes sortes de prétextes. Dans notre programme électoral, on avait dit qu’on allait proposer une dose de proportionnelle et une plus grande représentativité féminine dans notre réforme de la loi électorale. Il n’y a aucun manifeste électoral qui détaille chaque thème », a fait ressortir le Premier ministre. 

Il a aussi fait remarquer qu’avant que le gouvernement ne vienne de l’avant avec une suggestion de réforme, les députés de l’opposition ne cessaient de réclamer une proposition. « Maintenant, quand cela est fait, ils expriment leurs doutes. Il est maintenant temps de savoir quel système mettra tout le monde d’accord. Il y a plusieurs formules, dont certaines ont été proposées dans le passé par le PTr et le MMM », a-t-il indiqué.