People

Srineevassen Saminaden : ses objets en bois ne laissent pas de marbre

Srineevassen Saminaden Srineevassen Saminaden a diversifié sa gamme de produits

La perfection au détail près ! C’est ainsi que Srineevassen Saminaden s’est forgé une réputation dans la fabrication de petites pièces de menuiserie.

À son compte depuis des années comme artisan dans la confection d’articles- cadeaux, il connaît ce milieu depuis bientôt 50 ans. Il travaille beaucoup sur commande pour des hôtels et des organismes publics.

Avec un fort taux de chômage dans les années ‘70, les jeunes ne pouvaient se permettre le luxe de choisir un métier. Il faut donc prendre les places disponibles. C’est ainsi que le jeune Srineevassen, de Ste-Croix, se fait embaucher comme apprenti chez Classic Design, une fabrique de meubles anciens, à Coromandel. Il apprend les rudiments du métier : faire des croquis, scier des planches et les raboter avant de les assembler selon les exigences de l’entreprise.

Fort de cette première expérience et, au bout de cinq ans, il décide d’ouvrir son atelier de menuiserie. Cependant, son destin est ailleurs. Avec l’arrivée du géant de l’immobilier sur le marché local, les petits ateliers ne font pas le poids. L’ouverture du premier magasin de Mammouth à Bell-Village sonne le glas des petites industries grâce à ses facilités de paiement.

Srineevassen ne baisse pas les bras. « J’avais de l’expérience et en même temps, je savais fort bien sculpter le bois.» De nouveau, il cherche de l’emploi dans son domaine de prédilection. Il rencontre alors José Ramar qui dirige une fabrique de maquettes de bateaux à Curepipe.

À l’essai, il réalise plutôt bien la proue du Superbe, un bateau français du 18e siècle. Le patron de la fabrique en est satisfait. Il embauche Srineevassen Saminaden qui va mettre ses talents de sculpteur au service de l’atelier pendant plus d’une quinzaine d’années. Il contribue ainsi à la réalisation de plus d’une centaine de maquettes.

Minutie et persévérance

« Au début, le travail n’était pas facile, mais chaque jour, je m’efforçais à être meilleur que la veille, confie-t-il. Il m’a fallu supporter l’hiver et les pluies de Curepipe très différent de Port-Louis. Au départ, ce n’était pas évident mais, à la longue, je me suis acclimaté .» Pour Srineevassen, chaque maquette de bateau est différente. « Cela demande un travail minutieux et de la persévérance. Il faut faire attention au détail. J’œuvre sur de petites pièces, des proues, des volets et des panneaux, entre autres. »

Vient le moment où il décide une fois de plus de se lancer à son compte. Cette fois, l’initiative est salutaire. Avec l’aide des membres de la famille, il installe un petit atelier chez lui pour confectionner des articles-cadeaux destinés surtout à un public voyageur. À partir du bois, il réalise de petites sculptures en forme de dodo, de poisson, de tortue, etc.

Srineevassen a une préférence particulière pour les bois de camphre et de cyprès. « Le camphre, un bois sacré pour les hindous, diffuse un parfum doux. Quand je termine le polissage et que je passe le vernis, les senteurs se répandent dans la pièce. Tout comme le camphre, le cyprès est un bois odorant, durable et il donne un beau poli. »

Ces arbres sont de plus en plus difficiles à trouver, mais il s’en procure grâce à des branches, trouvées ici et là, qui ont résisté à l’épreuve du temps. Il compte aussi sur un ami qui lui en fournit. Ces derniers temps, Srineevassen Saminaden a diversifié sa gamme de produits en proposant des aimants décoratifs parfaits pour tenir des mémos sur le frigo ou toute autre surface métallique.