Xplik ou K

Vente en ligne : les désillusions d’un consommateur

portable Ce client se retrouve à payer des mensualités pour un téléphone qu’il n’a jamais pu utiliser.

Christopher est à la recherche d’une solution à son problème. Il a acheté un téléphone sur un site local de vente en ligne. Le téléphone lui a été proposé à Rs 25 000.

Convaincu d’une bonne affaire, il entreprend les démarches pour avoir un financement et se tourne vers une compagnie de crédit. Mais le jour même de la livraison, il lui a semblé que l’appareil présentait des anomalies. Il est retourné vers le vendeur pour qu’il identifie la faute et la répare. Quelques jours plus tard, il reçoit un rapport technique qui dit que le téléphone est en parfait état. Il sollicite alors une rencontre avec un responsable de la compagnie qui lui explique que le cellulaire a été examiné par une compagnie experte dans le domaine.

C’est alors que Christopher décide de rechercher un avis indépendant. Sans surprise, il recevra un rapport dans lequel il est dit qu’un problème a été décelé au niveau du circuit intégré.

Rapport en main, Christophe croyait avoir les éléments nécessaires pour que justice soit faite et qu’il puisse avoir un autre téléphone ou un remboursement de ses dépenses. Désillusion. Il a dû se rendre à la Consumer Protection Unit. Là, des employés lui expliquent que le cas sera référé au tribunal et que le revendeur devra s’expliquer. S’il est trouvé coupable, il est passible d’une amende.

Mais concernant le téléphone, il semblerait qu’il n’y ait aucune loi en la circonstance pour protéger le client. Entretemps, Christophe se trouve dans l’obligation de payer ses mensualités pour un appareil qu’il n’a jamais pu utiliser.

Kavi Gajanah