Actualités

Vieux, mais pas trop : les seniors à l’ère informatique

seniors

L’année dernière, Maurice comptait plus de 203 000 personnes âgées de plus de 60 ans. Est-ce à dire qu’il faut qu’elles restent cloîtrées entre quatre murs, loin de tout et de tous ? Certains de nos vieux ont pris le pari de retourner sur les bancs d’une université spéciale pour apprendre les premiers rudiments de l’informatiques.

Jaywantee Boodnah.
Jaywantee Boodnah.

À l’Université du troisième âge, les seniors ont le nez plongé dans leurs écrans d’ordinateurs portables. Leçon du jour : l’utilisation du document Word. Ils sont une vingtaine à suivre ce cours et on note leur intérêt pour l’outil informatique. Communiquer avec sa famille, rester connectés aux évolutions de la société, s’informer sur ses centres d’intérêt, mais surtout rencontrer des gens au lieu de rester cloîtrés à la maison. Ce sont quelques raisons qui les ont amenés là, comme l’explique Jaywantee Boodnah, 71 ans, et ancienne maîtresse d’école.

« Je vais sur Youtube, j’ai un compte Facebook, je vais aussi sur les sites des journaux en ligne. J’aime bien rester connectée avec le monde. Si je viens ici, c’est aussi pour rencontrer d’autres personnes et me former aux outils informatiques. Je ne veux pas rester à la traîne. »

Jeanine Beronu : « J’ai déprimé au moment de la retraite »

Jeanine Berony et Guy a 74 ans.
Jeanine Berony et Guy a 74 ans.

Jeanine Berony, 65 ans, a voulu s’inscrire à cette université pour s’occuper. Avoir été coupée d’une vie active à l’âge de la retraite lui a été difficile. C’est une phase qui touche bon nombre de retraités. « J’ai été sage-femme durant toute ma vie professionnelle. J’ai côtoyé quotidiennement des mamans et des bébés. Lorsque j’ai pris ma retraite, j’ai déprimé, car je ne voyais plus personne. J’ai toujours été active et, là, plus rien. C’est pour cette raison que je me suis inscrite à cette université qui offre pleines d’activités. »  Celle-ci offre aussi diverses formations aux seniors : musique, yoga, cours de langues. Après une vie de dur labeur, c’est maintenant que Subhagyavati Bheekharry, 66 ans, trouve le temps de faire tout cela. « J’ai travaillé dans le secteur éducatif et, entre le travail et la maison, je n’avais pas beaucoup de temps pour ces activités qui me passionnent. Maintenant que je suis à la retraite, au lieu de rester à la maison à ne rien faire, je viens m’occuper l’esprit ici. C’est nécessaire de garder son cerveau éveillé pour éviter des problèmes de santé. »

Guy, 74 ans, ancien mécanicien, renchérit : « Je suis bien conscient qu’il est indispensable de rester actif après la retraite afin de rester autonome le plus longtemps possible. Être retraité ne veut pas dire qu’il faut dépendre des autres. Maintenant, je fais de la healing dance et du yoga.

Les réseaux sociaux intéressent les aînés

Vicky Purmessur, IT Manager à l’Université du 3e âge, explique que ces personnes s’intéressent beaucoup à l’utilisation des réseaux sociaux et des cartes de crédit. «Bon nombre de seniors qui fréquentent l’établissement ont des enfants qui sont à l’étranger et elles ne savent pas comment faire pour communiquer avec eux. Jusqu’à tout récemment, certains utilisaient leur téléphone pour passer des appels internationaux, avec pour résultat des factures astronomiques. Il y a beaucoup qui veulent faire des achats depuis la maison. On leur apprend donc comment communiquer sans dépenser de l’argent et utiliser une carte de crédit en mettant l’accent sur l’aspect sécurité. On leur apprend aussi à utiliser un ordinateur».